La BAD lance à Rabat son guide pour la formulation des politiques de contenu local

0
648

La Banque Africaine de Développement (BAD), accompagnée par  son Centre Africain pour les Ressources Naturelles (CARN) de la BAD, a présenté le 07 septembre dernier, un outil de formulation des politiques de contenu local. Ce guide ambitionne d’être un cadre méthodologique ayant pour finalité d’appuyer les pays africains dans l’élaboration d’une feuille de route qui s’applique de manière universelle à tous les secteurs des ressources naturelles, tout en demeurant fidèle à un ensemble de principes importants. Ledit guide comprend une série d’étapes itératives adaptables aux besoins et aux préférences politiques de chaque pays.

L’importance de ce guide se justifie par le fait que, de plus en plus, les pays sont à la recherche de solutions différentes pour capitaliser sur la valeur des ressources naturelles le plus rapidement et le plus tôt possible dans le cycle de vie d’un projet. La promotion de politiques de contenu local, visant à établir des liens entre les projets de ressources naturelles et les communautés ainsi que les économies nationales et régionales, est au cœur de cet effort. Selon la BAD, cela peut déboucher sur davantage d’emplois ; une croissance du secteur privé par l’entremise des PME ; une augmentation des activités manufacturières en raison d’une demande de biens et de services ainsi que sur une croissance du commerce d’exportation et du transfert de technologie.

La cérémonie de lancement fut présidée par Taieb Baccouche, Secretaire General de l’Union du Maghreb Arabe ainsi que Yacine FAL Représentante résidente de la BAD au Maroc. Azza Addi, Conseiller du Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement du Royaume du Maroc était aussi de la partie.

Il est à rappeler que le Centre Africain pour les Ressources Naturelles de la BAD a pour mandat d’aider les gouvernements à optimiser les résultats en matière de développement qui découlent de l’exploitation des ressources naturelles de l’Afrique, en stimulant la capacité des gouvernements africains à assurer que la croissance tirée des ressources naturelles soit inclusive et durable.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE