Abdellatif Jouahri gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM) à Industrie du Maroc : « il faut mettre en place des mécanismes d’aide Sud-Sud ; notamment entre le Maroc et l’Afrique ».

0
721

En marge de la conférence internationale organisée par BMCE Bank of Africa et la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) sur la thématique du Green Banking, Abdellatif Jouahri gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM) a déclaré à Industrie du Maroc qu’il « il faut mettre en place des mécanismes d’aide Sud-Sud ; notamment entre le Maroc et l’Afrique ».
En effet, répondant à l’une de nos questions sur les attentes des pays africains durant la COP22 quant au volet financier pour lutter contre le réchauffement climatique, Abdellatif Jouahri gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM) nous a fait la déclaration suivante : « Pour l’instant les conditions ont été atteintes pour l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Je crois que c’est un élément fondamental. Nous allons aller à la COP22 pour que les engagements soient traduits en actions concrètes. C’est vrai que les problèmes de financement sont lourds parce que le montant qu’on a indiqué, à savoir 100 milliards de dollars d’ici 2020 et qui est à réviser tous les cinq ans, pose des problèmes quant à sa mobilisation, surtout pour les pays en voie de développement. Plusieurs fonds existent dans les pays développés, mais le Maroc essaye, en partenariat avec l’Allemagne de mettre en place une plateforme, pour au moins savoir quels sont les conditions ; les montants et les secteurs concernés et qu’on ne connait pas. Deuxièmement, il ne faut pas se contenter d’une aide Nord Sud. Maintenant, il faut mettre en place des mécanismes d’aide Sud-Sud ; notamment entre le Maroc et l’Afrique. C’est pour cela que nous avons pris l’engagement avec la COP22 et son comité scientifique de mettre en place une feuille de route au niveau du financement. Nous sommes actuellement en train de la finaliser de façon à ce que, lors de la tenue de la COP22, et durant la journée réservée à la question financière, à savoir le 16 novembre, nous puissions débattre de cette feuille de route et la finaliser dans le but d’avoir, sur le volet financement, à avoir la déclaration de Marrakech ».

Related Post

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE