Centrale Noor : Un joyau dans l’histoire climatique du Maroc

0
646

Le complexe solaire de Noor Ouarzazate restera pour plusieurs années le plus grand site de production solaire multi-technologique au monde avec une capacité totale de 580 MW et un investissement total supérieur à 24 milliards de dirhams. Ce complexe, qui confirme la volonté marocaine de réduire sa dépendance énergétique, contribue également au développement socio-économique et culturel de la région. Focus.

La centrale solaire Noor I à Ouarzazate, qui s’étale sur une étendue de 480 hectares de déserts, est une page en or dans l’histoire du climat au Maroc et une fierté pour tous les Marocains. Concrétisation d’un plan solaire qui répand les rayons d’espoir en un futur meilleur, un futur qui prend en considération les intérêts des générations futures, cette centrale n’est qu’une composante d’un immense complexe solaire Noor. Dressée avec orgueil dans la zone de Tamezghitene, à quelque 10 km au nord-est de la ville d’Ouarzazate, cette centrale, dont la mise en service officielle a été inaugurée en février dernier par SM le Roi Mohammed VI, est dotée d’une capacité de production de 160 MW. Cette plus grande centrale mono-turbine au monde est réalisée sur la base de la technologie thermo-solaire (CSP) à capteurs cylindro-paraboliques avec une capacité de stockage de 3 heures à pleine puissance. Ce projet, qui se veut l’illustration éloquente de la stratégie énergétique nationale, a mobilisé un investissement de 7 milliards de dirhams et sa construction s’est faite dans un délai de 30 mois à l’aide de plus de 2.000 employés, dont 85 % de Marocains.

Reconnaissance mondiale

Un taux de plus de 30 % d’intégration industrielle a pu être atteint, à travers le recours, sur une base compétitive, à des entreprises marocaines des secteurs notamment du BTP, de la métallurgie ou encore du câblage. Cette centrale star, qui a suscité l’admiration et l’intérêt de nombre d’experts et de journalistes du monde entier, fait partie d’un complexe solaire, qui s’étale sur une étendue de 3.000 ha, appelé «noor», littéralement «lumière». Ce complexe comprend également deux autres centrales (Noor II et Noor III ) dont les travaux de réalisation ont été lancés par SM le Roi le même jour que celui de la mise en service de Noor I. Ainsi, la centrale Noor II , qui a nécessité un budget de 810 millions d’euros, sera dotée d’une puissance de 200 MW et d’une capacité de stockage minimum de sept heures. S’étalant sur une superficie maximale de 680 ha, ladite centrale sera développée sur la base de la technologie thermo-solaire (CSP), avec capteurs cylindro-paraboliques. Pour sa part, Noor III , qui a mobilisé des investissements de l’ordre de 645 millions d’euros, utilisera la technologie tour thermo-solaire et sera dotée d’une capacité de 150 MW avec près de 8 heures de stockage.

L’énergie d’abord, mais pas seulement

Ces trois projets, combinés à une dernière phase photovoltaïque (Noor IV), feront de Noor Ouarzazate le plus grand site de production solaire multi-technologique au monde avec une capacité de 580 MW et un investissement total supérieur à 24 milliards de dirhams, sans compter les infrastructures communes développées par Masen et l’ONEE pour les besoins des développeurs. Ces infrastructures servent les besoins de connexion électrique, de transport routier, d’adduction en eaux brute et potable, de drainage, de télécom, et de sécurité. Le complexe Noor Ouarzazate abritera un parc à thèmes de 16 hectares dont le tracé reproduit celui de la carte du Royaume, ainsi que des équipements structurants, dont un bâtiment multifonctions comprenant des espaces dédiés à l’exploitation et au fonctionnement du Site, un auditorium, une médiathèque, une tour belvédère offrant une vue panoramique. Ce complexe, qui confirme la volonté marocaine de réduire sa dépendance énergétique, contribue au développement socio-économique et culturel de la région, au désenclavement de plusieurs villages avoisinants et à l’émergence de nouveaux produits touristiques, au service du rayonnement à l’international de la province d’Ouarzazate. Le Royaume, qui abritera la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CO P22) en novembre prochain, est déterminé à atteindre 42% de la puissance électrique installée à base d’énergie renouvelable en 2020 et à 52 % à l’horizon 2030, comme l’avait annoncé SM le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la COP21.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE