Nouveau DG, nouvelles ambitions

0
481

L’industriel français positionne sa filiale marocaine sur plusieurs fronts, notamment dans la maintenance et la fourniture de rames pour les grands projets ferroviaires. Brahim Soua, le nouveau DG d’Alstom Maroc mise sur la durabilité des activités sur le marché marocain. Le taux d’intégration industrielle locale, estimé pour l’instant à 15%, est appelé à croître. Le Maroc, une base industrielle en vue d’une expansion sur le marché africain.

Tramway, LGV, signalisation ou encore maintenance du matériel roulant, la multinationale est sur tous les fronts de la filière ferroviaire au Maroc. Présent depuis plusieurs années, Alstom est résolument entrain de renforcer ses bases, s’inscrivant dans la durabilité. C’est La mission principale qui a été confiée à Brahim Soua, qui a été nommé directeur général de la filiale marocaine du groupe français en avril dernier. Il s’agit de mobiliser tous les atouts d’Alstom Maroc. «Nous avons des solutions qui couvrent l’ensemble des besoins du Maroc», assurait d’ailleurs Brahim Soua lors de sa conférence de présentation tenue en juillet dernier. Il faut dire que l’activité va déjà bon train. En effet, l’entreprise a déjà livré les 44 rames Citadis pour le réseau de tramway de Rabat-Salé, et les 74 rames pour la ligne de Casablanca. Elle vient également de signer pour 50 rames supplémentaires toujours pour le réseau de tramway de la métropole. Quant au projet LGV (Ligne à Grande Vitesse), Alstom Maroc a livré la dernière des 12 rames à grande vitesse du type duplex le 11 juillet dernier. Ce dernier contrat de livraison de ces 12 rames est estimé à 400 millions d’euros. De plus, le groupe est également positionné sur un autre grand projet qui concerne la maintenance de locomotives de l’ONCF. Dans ce registre, Alstom Maroc prend part à une joint-venture avec l’Office. Joint-venture avec l’ONCF Il s’agit d’une entreprise qui sera lancée en mars 2017 et sera détenue à 50% par chacun des deux partenaires.
Pour le moment, c’est l’industriel qui assure tout seul la maintenance des appareils de l’ONCF lui même avant cette date. Il s’agit d’un contrat de 13 ans de maintenance. Soulignons également, que la filiale marocaine du groupe français a équipé pas moins de 900 km de voies ferroviaires et 66 gares dans le Royaume avec ses systèmes de signalisation. Pour ce qui est des opportunités à venir, on note l’extension de la ligne de tramway de Rabat. La phase 3 de la ligne de Casablanca fait également partie des futurs projets. De même, on note l’exploitation et la maintenance des réseaux de deux villes. D’autre part, Alstom Maroc lorgne également la phase 2 de la LGV qui concerne l’extension Marrakech-Agadir. «Le Maroc aura besoin d’appareils roulants», rappelle le nouveau DG. Pour sa première sortie médiatique, Brahim Soua a mis en évidence toute la volonté du groupe français de mieux développer le business ferroviaire au Maroc où il emploie 350 personnes. L’industriel français vise aussi un contrat de livraison de 30 locomotives
pour l’ONCF prévu pour début 2017.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE