MASCIR: LE MAROC JOUE DANS LA COURS DES GRANDS

0
792

mcr 1

Le Maroc a consenti des efforts importants pour doter le pays d’une industrie métallurgique. Les acteurs marocains, publics et privés, ont  développé une offre riche et une expertise reconnue dans ce domaine. C’est le cas notamment de la SONASID (fabricant de profilés), de MAGHREB STEEL (producteur de bobines d’acier), de MAFODER et de la FAM (fonderies).

Pour accompagner les acteurs de l’industrie métallurgique, les pouvoirs publics ont également mis en place les centres techniques chargés d’analyser et de contrôler les matériaux produits ou importés, amorçant ainsi un écosystème dans le domaine. Cet écosystème a pu répondre jusqu’à maintenant à la majeure partie de la demande nationale qui a concerné essentiellement les secteurs de la construction, les travaux publics, le transport ainsi que les biens d’équipements : électroménager, matériel de bureaux …

Accélération des exigences dans un environnement en mutation

Aujourd’hui, dans un contexte d’accélération industrielle, les enjeux pour le secteur ont sensiblement évolué. D’une part, il faut satisfaire de nouveaux clients, gros consommateurs en matériaux métalliques, qui sont arrivés sur le marché national. Ils opèrent dans les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, des énergies renouvelables… Secteurs sur lesquels repose le développement futur du pays. D’autre part, il faut développer des matériaux adaptés aux besoins d’une clientèle africaine pour répondre à la volonté des industriels nationaux désireux d’investir dans le continent. Tout cela va se traduire par la fabrication de matériaux qui répondent aux besoins et aux critères définis par ces nouveaux clients. Ces derniers ont des exigences particulières en matière de qualité et de coût. La mondialisation et le libre échange obligent donc les acteurs marocains concernés à être compétitifs afin qu’ils puissent conquérir une part importante de ces nouveaux marchés. Il s’en suit que l’écosystème de la métallurgie doit impérativement comprendre des structures de R&D capables d’apporter des connaissances nouvelles nécessaires au développement de cette compétitivité et permettant une meilleure maîtrise des processus de fabrication. Les compétences liées à la recherche pourraient être d’un grand apport aux industriels de la métallurgie, tant au niveau de l’élaboration que de la mise en forme ou de l’utilisation d’alliages métalliques. Elles permettraient de faire émerger une nouvelle approche de réduction de coûts et d’augmentation de la qualité des produits en offrant une réelle création de valeur pour les clients.

Des services innovants pour répondre aux nouveaux défis              

La fondation MAScIR (Moroccan Foundation for Advanced Science, Innovation and Research), de par ses activités de recherche scientifique dans les domaines des matériaux, de la biotechnologie et de la microélectronique a pris acte de ces nouveaux défis et a développé une recherche avancée dans le domaine de la métallurgie. Elle dispose aujourd’hui de ressources humaines qualifiées et de moyens techniques appropriés pour résoudre les problématiques que peuvent rencontrer les acteurs dans ce domaine. La Fondation MAScIR est capable de proposer des services innovants à forte valeur ajoutée, répondant ainsi aux exigences d’un environnement en perpétuelle mutation.                             Les équipes de MAScIR participent ainsi à créer des liens et à nouer des partenariats entre des acteurs du secteur, renforçant ainsi les potentialités d’exportation de l’industrie métallurgique marocaine. Les thématiques de R&D traitées dans le cadre de ces collaborations concernent entre autres:

  • l’expertise des défaillances des pièces mécaniques et l’analyse de leurs origines à différentes échelles afin de proposer des solutions pour y remédier ;
  • l’optimisation des procédés de fabrication dans l’optique d’une réduction du coût ou de l’amélioration de la qualité des produits ;
  • l’amélioration des performances des matériaux en réponse à des contraintes données.

Dans le cadre du renforcement de l’écosystème de la métallurgie, les activités de la R&D menées à MAScIR contribuent également à la formation des étudiants. Ils sont impliqués dans des projets qui traitent de problématiques réelles rencontrées par les industriels.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE