L’Afatube crie au secours de l’Etat !

0
410

L’Afatube crie au secours de l’Etat !
Ce groupement professionnel affilié à la Fédération des Industries Métalliques, Métallurgiques et Electromécaniques (la FIMME) se plaint en fait des mesures provisoires anti-dumping, pratiquées par le ministère du commerce extérieur depuis le 14 novembre 2013 suite à la plainte faite par Maghreb Steel, seul producteur national de la tôle laminée à chaud, pour se protéger contre les importations de la tôle laminée à chaud en provenance de l’Union européenne et la Turquie.
Pour tirer au clair le gré de gravité et de complexité de sa situation financière, l’association professionnelle a tenu une conférence de presse le jeudi 30 janvier à Casablanca.
«En plus du poids des consignations, les dernières mesures provisoires anti-dumping, pratiquées en double taxation(taxe anti-dumping sur prix d’alerte) alourdissent les charges des producteurs nationaux dans une conjoncture marquée par un ralentissement des commandes», réclame le président de l’Afatube.
Conséquence : les mesures de consignation prises depuis février 2013 ont culminé à la même année à près de 90 millions de DH sans compter le poids de l’endettement bancaire qui s’est élevé à plus de 650 millions de DH, selon la profession.

Autre problématique de taille et pas des moindres d’ailleurs puisqu’un mal ne vient jamais seul :

«Les équipementiers de l’agriculture sous serre qui importent en admission temporaire, n’arrivent pas à apurer leurs dossiers auprès de la douane. Ce blocage est dû à la suspension de l’accord du ministère de l’agriculture sur les dossiers en instances concernant des fabricants ayant déjà importés et livrés les agriculteurs.
Selon le décret N°2-83-605 du 29 juillet 1983,l’agriculture sous serre est équipée en franchise de TVA et de droits de douane.
Conformément à ce texte l’apurement des comptes en AT ne peut se faire que si le ministère de l’agriculture donne son aval», est-il expliqué.
Il en ressort de tout ce qui précède que les producteurs de tubes ne peuvent plus patienter.
Bien que l’enquête anti-dumping menée par la tutelle ne prendra fin que vers la fin du mois d’avril prochain.
Sauf coup de théâtre, l’Afatube devrait prendre son mal en patience.

Sachant que la position de l’administration sur ce dossier est bien claire :

«jusqu’à ce qu’il soit autrement disposé, les montants perçus au titre de ce droit anti dumping provisoire et de la taxe sur la valeur ajoutée qui lui est applicable, sont consignés auprès des receveurs des douanes», peut-on lire dans la circulaire de l’administration des douanes.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE