Le Secteur Stratégique

0
606
Après le démarrage de Renault au Maroc en 2012, l’arrivée d’un deuxième méga-projet automobile au Royaume…

LE SECTEUR STRATÉGIQUE
en 2004 à 0,78% en 2010. Plus encore et dans son marché privilégié, le Maroc a perdu des parts dans les importations européennes de vêtements tombant ainsi à 3,2% en 2011 contre 4,3% en 2004.
En termes de parts de marché, on constate donc le déclin d’année en année de l’importance relative du Maroc.
La part du marché habillement marocain dans l’Union européenne est passée de 4,59% en 2005 à 3,35% en 2010 au profit d’autres pays asiatiques tels la Chine ou ceux méditerranéens comme la Turquie ou encore la Tunisie.
Au cours de la période 2000-2005, les Turcs ont réussi à surclasser le Maroc (premier fournisseur de la France en vêtements maille).
En effet, en 2005 les commandes de l’Hexagone en provenance de la Turquie se sont élevées à 505 millions d’euros d’importations, contre 332 millions pour le Maroc.
Le déclin des approvisionnements en provenance de notre pays a commencé à se faire sentir à partir de 2001 pour s’accentuer davantage depuis 2005 avec le démantèlement des quotas.
C’est ainsi que les pertes de parts de marché dans les importations européennes sont estimées à 0,7 point pour la seule année de 2005.
L’analyse des importations de l’Union Européenne au cours de la période 2000-2005 montre que le Maroc a perdu du terrain voyant ainsi sa part glisser à 11,7% en 2005 contre 13,7% il y a cinq ans.
Les contreperformances du secteur textile-habillement ne trompent plus personne surtout lorsqu’on sache que la part de cette activité, à l’origine de près de 175.000 emplois, soit 40% des emplois industriels nationaux, dans l’offre exportable de biens est tombée à 16% en 2011 contre 24% en 2007.
Avec la crise bancaire et financière et la contraction des volumes qui va avec, le Maroc a vu le total des exportations vers l’Union européenne se fragiliser davantage.
En 2012, les ventes à l’étranger se sont situées à 29,7 milliards de dirhams eu lieu de 31,4 en 2007.
Les expéditions nationales vers notre premier partenaire commercial se sontétablies à 28,3 milliards de dirhams contre 30,5 milliards.
Avec le reflux observé, faut-il le souligner, la part de l’Espagne dans les ventes nationales a enregistré une tendance plus positive que l’ensemble des partenaires.
La péninsule ibérique a devancé la France au rang de premier client du Maroc.
Les livraisons vers le client européen privilégié ont culminé à 11,7 milliards de dirhams en 2012 contre 11,2 milliards en 2007.
Notre voisin traditionnel qui était au coude à coude avec la France se voit ainsi capter la part de lion avec plus 42% des exportations marocaines.
Entre 2001 et 2007, les importations espagnoles en provenance du Maroc ont été multipliées quasiment par 2,5.
‘’Le dynamisme des livraisons espagnoles est notamment le fruit du développement du groupe Inditex dont le modèle est basé.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY