Textile à usage technique: Du potentiel pour le Maroc

0
1623

textil

Le marché des textiles techniques au Maroc en 2015 est estimé à environ 10 milliards de DH dont 6 milliards sont captés par les importations. Une quarantaine d’entreprises produisent des textiles à usage technique dans plusieurs domaines.

Concernant le génie civil et le bâtiment, les entreprises couvrent partiellement les besoins en géo-membranes, géotextiles, produits d’étanchéité et isolation thermique et acoustique. Pour le secteur du transport, nous produisons des fils spéciaux, des non-tissés pour garniture  des véhicules, des tissus pour siège, des housses et des tapis. Cette production connaît un développement important en parallèle avec la croissance de la demande de Renault et demain, elle connaîtra une nouvelle accélération avec les besoins de PSA et d’autres fabricants potentiels. De même, plusieurs industries connaissent des développements importants comme celle de l’emballage, des vêtements de protection, des articles de sports, du linge médical, et quelques produits pour l’agriculture.

Comme il a été précisé, les importations captent 6 milliards de DH et trois groupes de produits représentent plus de 60 % des importations, à savoir : des tissus enduits, les tissus spéciaux étroits et les non-tissés. Les 40 % restants concernent des fils techniques, des tissus de protection et différentes composantes des moyens de transport, des articles de sport, et des vêtements et accessoires de protection et de santé.

Le marché des textiles techniques a connu de 2005 à 2015 une croissance annuelle d’environ 10 % et ce rythme ne fera que s’accentuer avec le développement de l’industrie automobile, du bâtiment respectant des normes du développement durable, du marché du génie civil et celui de l’agriculture moderne. Il est nettement clair qu’il y a un potentiel très important, et le ministère chargé de l’industrie, en optant pour la création d’un écosystème textile technique, a donné un signal fort aux industriels, qu’ils soient marocains ou étrangers, pour le développement de l’industrie des textiles à usage technique au Maroc.

Les mesures d’accompagnement et de soutien en cours de mise en place ne feront que susciter l’intérêt des industriels pour substituer une bonne partie des importations par une production locale et participer activement aux perspectives réelles du développement du marché.

L’AMITH et l’ESITH, grâce à l’appui de Maroc Export, ont pu organiser une première mission au Canada pour visiter une douzaine d’entreprises spécialisées dans différentes niches couvertes par les textiles techniques.  Il est certain que la multiplication d’initiatives de ce genre ne fera qu’accélérer le mouvement et faire adhérer nos industriels à la production de produits à plus forte valeur ajoutée. Dans le même sens, un cluster textile technique a été créé, pour qui, l’année 2016 sera une année de lancement effectif en créant des synergies entre industriels et centres de formation et de recherche.

Nous devons signaler que l’exposition internationale du matériel textile à Milan (ITMA), qui se tient tous les 4 ans et qui a été organisée du 12 au 19 novembre 2015, a connu une participation très forte des industriels marocains, jamais connue auparavant. Plus de 200 industriels et cadres d’entreprises marocaines sillonnaient les halls d’exposition à la recherche de nouvelles technologies et  de nouveaux process.

Nous pouvons confirmer que plusieurs entreprises ont manifesté leur ferme volonté de s’engager dans la production des TUT (textiles à usage technique). Il suffit que les incitations et l’accompagnement promis soient accélérés.

Nous constatons qu’une nouvelle ère pour le textile marocain est en train de s’ouvrir et que l’AMITH avec l’ESITH ne ménagent aucun effort pour assurer le soutien nécessaire et la disponibilité des compétences idoines. Il en est de même pour le cluster qui doit jouer aussi un rôle important pour créer de nouvelles relations avec les autres secteurs de production, de l’agriculture, du bâtiment, du génie civil, de l’automobile, car le textile à usage technique doit répondre aux besoins sectoriels spécifiques en respectant des normes bien définies. Tout ce qui précède confirme l’importance de la recherche et développement qui doit s’intégrer dans les stratégies des entreprises concernées.

Par : Mohamed Lahlou

BIO EXPRESS

Après avoir occupé plusieurs postes stratégiques (PDG de MANATEX, Administrateur de Wafabank, Vice-Président du CMDE, etc.)Mohamed Lahlou est, depuis 2002, le président du directoire de l’École Supérieure des Industries du Textile et de l’Habillement (ESITH). M. Lahlou est également impliqué dans le milieu associatif et institutionnel puisqu’il a été membre et président de plusieurs associations et institutions, telles que l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH), l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), l’Organisation Mondiale du Textile (OMT), la CGEM, etc.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE