2015 verra le lancement des premiers écosystèmes de la plasturgie

0
1603

le lancement des premiers écosystèmes de la plasturgie
IDM : IDM : Pourriez-vous nous dresser un portrait de la plasturgie au Maroc ?
YML : Le secteur de la plasturgie au Maroc est la deuxième industrie manufacturière du secteur de la chimie et de la parachimie après l’Office chérifien des phosphates.
Il réalise un chiffre d’affaires de 11,5 milliards de dirhams et emploie plus de 45.000 personnes directes et plus de 300.000 personnes de façon indirecte.
La production de notre secteur est destinée à plus de 94% à l’industrie.
Par conséquent, les produits de la plasturgie constituent un facteur de compétitivité, au niveau national et international, des autres secteurs notamment les métiers mondiaux du Maroc, tels que l’automobile, l’agroalimentaire, l’aéronautique et l’agroalimentaire.
Le secteur de la plasturgie compte plus de 600 entreprises, sans compter celles qui font de l’activité plasturgie comme métier secondaire.
IDM : Vous êtes élu président de la Fédération marocaine de plasturgie (FMP) il y a quelques mois. Quel est votre plan d’action pour dynamiser ce secteur ?
YML : J’ai adopté un plan d’action de concert avec tous les opérateurs du secteur.
Il constitue une continuité dans l’élan du développement du secteur de la plasturgie.
Il tourne autour de quatre axes majeurs, à savoir : renforcer l’image et le dynamisme du secteur, favoriser la concertation avec les partenaires et particulièrement avec la tutelle, améliorer l’offre de formation pour le secteur de la plasturgie au Maroc et promouvoir les exportations du secteur de la plasturgie en Afrique subsaharienne.
IDM : Les importateurs mènent la vie dure aux industriels marocains de la plasturgie.
Que comptez-vous faire pour minimiser l’impact négatif, s’il y en a, de leur activité sur votre industrie ?
YML : Effectivement, on remarque de plus en plus d’importations dans notre secteur d’activité.
À l’instar de plusieurs industries marocaines, la plasturgie cherche, actuellement, à se doter de moyens d’immunité pour faire face aux implorations, dans le cadre d’un plan national de défense commerciale.
À titre d’exemple, les plasturgistes ont dernièrement découvert qu’ils ne pouvaient pas exporter leurs produits à certains pays signataires d’accords de libre-échange.
Et ce, pour la simple raison que les autorités douanières de ces pays ont fixé des prix d’alerte élevés sur tous les produits finis plastiques.
Or, les produits de ces mêmes pays entrent au Maroc sans aucun problème.
Une demande de mise en place de la réciprocité a été faite aux autorités douanières de notre pays.
D’autres mesures sont en train, également, d’être mises en place et d’être renforcées avec la collaboration de l’administration marocaine, notamment en matière de contrôle systématique de la conformité des importations de certains produits sensibles. C’est un chantier qu’on a, d’ailleurs, lancé il y a plus de deux ans.
Pour votre information, il y a six mois, on a eu un cas d’école de détournement pour lequel on a averti toutes les administrations compétentes.
Il s’agit d’importations conséquentes de déchets de films serres sous la désignation des films serres.
Ceci dans un régime préférentiel des produits plastiques destinés à l’agriculture.
Cet incident a poussé la profession à demander à ce que les produits plastiques destinés à l’agriculture ne soient plus importés en exonération des TVA et Taxes et que la récupération de la TVA se fasse directement par l’agriculteur auprès des services compétents sur présentation de la facture d’achat.

Dans ce sens, plusieurs chantiers seront lancés courant 2015 :

une année fatidique pour la profession puisqu’elle verra le lancement des premiers Écosystèmes industriels de la plasturgie marocaine.
IDM : Votre profession est régulièrement en pourparler avec l’administration des douanes. Sur quoi portent vos échanges ?
YML : D’une manière générale, les discussions en cours avec cette administration rentrent dans le cadre du comité de sous-facturation instauré par la CGEM et la Direction générale de la douane, qui est composé d’un tour de table assez riche, dont des représentants d’administrations gouvernementales.
Les échanges portent principalement sur deux points.
Primo, les importations et les pratiques non conventionnelles de certains importateurs pour détourner les dispositifs douaniers.
Secundo, la mise en place d’un système de veille stratégique sur les échanges des produits de la plasturgie. IDM : Que faites-vous pour mettre à la disposition des industriels de la plasturgie les compétences nécessaires ?
YML : Le secteur dispose de plusieurs moyens pour la formation des compétences nécessaires.
Nous avons un centre spécialisé en plasturgie à Casablanca qui forme des ouvriers spécialisés «qualification», des techniciens et des techniciens spécialisés.
Nous avons également des conventions avec les plus prestigieuses écoles marocaines pour la formation des agents de maîtrise et des ingénieurs en plasturgie.
Pour mon mandat, nous pensons développer des entités de formation en plasturgie dans au moins quatre centres de formation à Marrakech, Fès, Agadir et Oujda.
L’objectif est de répondre aux besoins des entreprises implantées dans ces régions. La demande est déjà faite à l’OFPPT et ce chantier sera lancé sous peu.
IDM : Se doter d’un écosystème est la tendance au Maroc. Quid de votre industrie ?
YML : Nous sommes en train de travailler sur ce mégaprojet. Les sous-secteurs de ces écosystèmes industriels sont : la plasticulture, l’emballage, les plastiques techniques et le plastique destiné au BTP.
Une convention relative à la mise en place des écosystèmes industriels en plasturgie devait être signée lors du forum de la plasturgie qui aura lieu le 26 novembre 2014 à l’hôtel Hyatt Régency à Casablanca.

Propos recueillis par REDOUANE CHAKIR
PARTAGER

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE