Automobile : « le 1er véhicule utilitaire vendu en Europe est Marocain »

1060

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour réagissant sur l’état de santé du secteur industriel marocain, a fait savoir qu’il se porte plutôt bien et est soutenu par ses différentes entités, dont l’automobile qui se positionne particulièrement bien sur le marché Européen.

 L’industrie marocaine est en pleine forme et cette santé n’est pas que le fait du prix du phosphate qui a connu des envolées explosives ces derniers mois. Mais le résultat de tous les maillons de la chaîne, a laissé entendre le ministre Ryad Mezzour, lors du lancement de la 4ème phase de la Banque des projets, ce 27 septembre 2022.

« L’industrie fonctionne de manière intéressante, les chiffres le démontent bien. Au niveau des exportations, nous avons retrouvé le niveau de 2019, où nous étions à 143 milliards de Dirhams d’exportation (à fin juillet), avant de descendre à 117 MMDH pendant la crise. En 2021, la barre a été redressée avec 147 MMDH et aujourd’hui en 2022, nous avons atteint 211 MMDH » a déclaré le ministre, avant de poursuivre et souligné qu’il y a certes eu « un effet prix du phosphate qui a explosé, mais pas ».

Selon le ministre, une analyse secteur par secteur de l’Industrie, nous permettra d’observer que certains niveaux, comme l’automobile, a fait +32% d’export, « sachant que 90% de nos exportations vont vers l’Europe, où le marché automobile a baissé de 26% et le Maroc a fait +30% », c’est énorme, a fait savoir Ryad Mezzour.

Le Maroc est devenu le 1er exportateur étranger vers l’Union Européenne (UE), « devant le Japon, la Chine, la Corée, les USA ; devant tous ces pays ayant une histoire industrielle automobile. Le 1er véhicule utilitaire vendu en Europe est Made in Morroco, le 2ème aussi », a dit le ministre.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul secteur concerné par cette dynamique, l’Aéronautique bouge également très bien. « Nous sommes, à date, à +58% environ 60%. Par le passé, nous faisions beaucoup de travaux autour du moteur. Maintenant, nous commençons à faire des structures, des parties de fuselage d’avion, des équipements de cockpits et nous sommes aujourd’hui à 42% du taux d’intégration au niveau de la capacité du Maroc à construire un avion ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here