Covid-19 : l’impact économique plus mortel que le virus en Afrique

0
1028

Bien qu’ayant affiché le plus faible taux d’infection Covid-19 au monde, l’Afrique risque d’être le continent le plus touché par l’impact économique du Coronavirus, selon le dernier rapport de Stratfor.

La société de renseignements et d’édition géopolitique américaine, Stratfor a indiqué dans son nouveau rapport sur l’impact économique de la crise sanitaire Coronavirus, des répercussions dévastatrices de la pandémie sur le continent Africain, plus que le virus lui-même.

« Le développement unique de la pandémie de Covid-19 en Afrique suggère que le continent devra faire face aux conséquences du virus pour les années à venir, détournant des ressources de problèmes de santé, d’éducation et d’infrastructure de longue date » souligne le rapport.

Stratfor prédit que malgré les faibles taux d’infection sur le continent, les perspectives économiques et de développement en baisse significative dans de nombreux pays africains signifient que la pandémie pourrait plonger 40 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté. La baisse de la demande mondiale de tourisme, ainsi que la baisse des prix des produits de base et des ressources naturelles, ont nui à de nombreux piliers des économies africaines. Les PIB nationaux du Botswana, de la République du Congo et de l’Afrique du Sud, par exemple, ont connu une forte baisse en 2020.

Selon Stratfor, dans leur volonté de se procurer des vaccins, afin de contenir la propagation du virus, des pays africains pourraient être détournés de leurs objectifs de développement, dans des domaines importants comme l’éducation et les infrastructures, au profit de la crise sanitaire, ce qui aurait des conséquences lourdes à l’avenir. Ces luttes économiques pourraient également inciter à des tensions politiques, ce qui pourrait conduire à la violence et, finalement, à un cycle où les nations pourraient avoir du mal à se remettre de ces revers.

Le rapport met en évidence le Kenya et l’Afrique du Sud comme des pays à surveiller, en raison de la hausse des taux de chômage, de la hausse des prix et des tensions politiques dans l’air. Le manque relatif de connectivité de l’Afrique avec le reste du monde explique le nombre relativement faible d’infections sur le continent, selon le rapport, mais de nombreux pays africains restent en retard sur les objectifs mondiaux en ce qui concerne les taux de vaccination.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here