Décarbonation : Et de 2 pour le Forum International des Energies de l’Industrie

1220
Décabonation à l'ordre du jour
Vue de la salle archi comble

Rebelote pour Casablanca qui accueille la 2ème édition du Forum International des Energies de l’Industrie ce jour. Organisé par Industrie du Maroc, sous l’égide des ministères de l’Industrie et du Commerce, et celui de la Transition Energétique et du Développement Durable, l’évènement a connu une forte participation des acteurs de l’industrie, et de l’énergie. Et pour une fois encore, la décabonation était à l’ordre du jour.

Un an après sa première édition, le Forum International des Energies de l’Industrie a à nouveau ouvert ses portes ce matin à Casablanca en présence de Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce. Pour cette seconde édition placée, le gotha industriel et énergétique s’est à nouveau retrouvé autour du thème : « Décarbonation, levier de compétitivité industrielle l’Hydrogène, Eolien, Solaire ».

Dans son mot d’ouverture, Hicham Rahioui, président-fondateur d’industrie du Maroc magazine, a souligné la crise qui impactent les marchés mondiaux, notamment celui de l’énergie, et l’imminence de l’entrée en vigueur de la taxe carbone. Un contexte qui, à l’en croire, rehausse l’importance de cet événement qui verra la contribution de 25 experts.

Jugeant la thématique « d’extrêmement importante », Ryad Mezzour a indiqué que face à cette conjoncture, l’industrie marocaine se trouve face à 3 défis majeurs. Le premier étant les énergies vertes pour lesquelles « le Maroc est positionné dans la région comme l’unique opportunité d’investissement ». Aussi, convient-il de concrétiser cet avantage et multiplier « d’ici les cinq prochaines années, sa capacité de production ». Dans ce sens, il a rassuré sur l’engagement de l’Etat, informant que le texte pour « La moyenne tension est en fine tuning pour permettre aux acteurs de recevoir de l’énergie verte en toute compétitivité ».

 En outre, rappelant que la vision de Sa Majesté tient pour beaucoup au respect de l’environnement, il a tenu à faire savoir que l’engagement du Maroc pour le Green est bien plus un choix structurel que conjoncturel. Ajouté à cela la dividende démographique qui se traduit par une moyenne de 600 000 jeunes arrivant sur le marché de l’emploi chaque année, et les crises qui en fait entrainent une redistribution des cartes dans les chaines de valeurs internationales, étant les deux derniers défis. Mais pour le ministre de l’industrie, ce sont bien là, autant de situation à transformer en opportunité.

Des propos forts durant les allocutions

Ouvrant le bal des allocutions, Hassan Sentissi, le président de l’Association Marocaine des Exportateurs a indiqué, d’une part, que dans les circonstances actuelles, « il convient d’accélérer les process pour répondre au besoin sans cesse croissant de consommation d’énergie ». D’autre part, « pour encourager les acteurs, il est temps de mettre en place les mécanismes nécessaires pour leur permettre d’accéder au renouvelable à des coûts compétitifs ».

Saïd Mouline, président de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE), a quant à lui signifié que « le Maroc a des engagements climatiques, et une facture énergétique qui dépassera les 100 MMDH cette année ».

A sa suite Mounir El Bari, président de la Coalition pour la valorisation des Déchets, (COVAD) a parlé des opportunités qu’offre le recyclage. « Nous avons quelques 26 millions de tonnes de déchets à valoriser qui pourraient générer bcp d’emplois et une industrie », a-t-il dit. L’objectif de ce côté serait de passer de 15 à 30% de taux de valorisation dans les 5 ans à venir.

Décarbonation : il faut passer à l’action

Pour la directrice générale du Cluster Solaire, Fatima Zahra El Khalifa, le temps est venu de passer à l’action, car tous les ingrédients sont réunis. Lesquels ingrédients sont d’après elle, sont les sources (soleil, éolien, etc.), les compétences et les expertises. A l’en croire, il revient aux industriels de « trouver le bon mix et les bons prestataires ». Elle les a alors invités à se rapprocher « des clusters », en faisant savoir que « Même si vous n’avez pas d’argent, vous pouvez installer ».

Chose qu’a soutenu Alykhan Kassam, le co-président du Comité Industrie Energie Renouvelable – Cluster Green H2, soulignant que, « le Maroc est le mieux placé dans cette transition énergétique ».  Il a ensuite démontré l’opportunité que représente l’hydrogène vert et invité universités et entreprises à rejoindre le Cluster Hydrogène.

Clôturant les allocutions, Hamid Benbrahim, le président d’honneur du Groupement des Industries Marocaines de l’Aéronautique et du Spatial (GIMAS) a insisté sur l’atout que représente la jeunesse et le Momentum exceptionnel qui prévaut.

Ces différentes interventions qui ont constitué la cérémonie officielle, ont été rythmées par les ovations d’une salle archi-comble. Le Forum s’est poursuivi avec 2 keynotes et 3 panels.

Gethème Yao

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here