Énergie : la décarbonisation pourrait faire économiser 12 000 MM USD d’ici 2050

805

De nombreuses études ont montré récemment que le coût des énergies renouvelables diminue avec le temps. Toutefois, le leadership mondial reste réticent sous la pression des géants des combustibles fossiles dans un contexte de crise énergétique continue.

Une étude récente d’Oxford démontre que la décarbonisation des systèmes énergétiques devrait permettre au monde d’économiser plus de 12 000 milliards de dollars (USD) et de parvenir à un système énergétique net zéro rentable, d’ici 2050

L’étude, publiée le 13 septembre, a révélé que le scénario de transition rapide vers l’énergie verte est l’option la plus efficace et la moins chère dont nous disposons aujourd’hui. Pour comprendre l’évolution du coût de l’énergie verte, une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford, du Smith Collège et de l’Université Monash a analysé des milliers de coûts de transition. L’équipe a recherché des scénarios produits par les principaux modèles énergétiques et a utilisé des données sur 45 ans de coûts de l’énergie solaire, ainsi que 37 ans de coûts de l’énergie éolienne et 25 ans pour le stockage des batteries.

Leur analyse suggère que le coût réel de l’énergie solaire « a chuté deux fois plus vite que les projections les plus ambitieuses de ces modèles, révélant qu’au cours des 20 dernières années, les modèles précédents ont largement surestimé les coûts futurs des principales technologies énergétiques propres par rapport à la réalité ».

En comparant les coûts des scénarios de transition rapide, avec ou sans transition, l’étude a conclu que les pays peuvent fournir 55 % de services énergétiques supplémentaires d’ici 2050 en augmentant l’énergie solaire, éolienne, les batteries, les véhicules électriques et les carburants verts. « Il existe une idée fausse omniprésente selon laquelle le passage à une énergie propre et verte sera douloureux, coûteux et signifiera des sacrifices pour nous tous, mais c’est tout simplement faux », déclare Doyne Farmer, auteur principal de l’Institute for New Economic Thinking de l’Oxford Martin School.

Rupert Way, chercheur postdoctoral et auteur principal de la Smith School of Enterprise and the Environment, a également noté la forte baisse du coût de l’énergie propre, soulignant que les anciens modèles d’évaluation des coûts ont rendu les gouvernements “nerveux” à l’idée de stimuler les plans de transition énergétique.

En plus de souligner la rentabilité des énergies renouvelables, l’étude a noté que le coût de l’énergie nucléaire a augmenté au cours des cinq dernières décennies, rendant la technologie moins compétitive. Compte tenu de la flambée continue des prix de l’énergie entraînée par l’impact de la guerre en Ukraine sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, selon Doyne Farmer, les récentes découvertes soulignent la nécessité de remplacer « les combustibles fossiles coûteux et peu sûrs » par « une énergie propre à faible coût ».

« Le monde est confronté à une crise d’inflation simultanée, à une crise de sécurité nationale et à une crise climatique, toutes causées par notre dépendance à l’égard de combustibles fossiles coûteux, peu sûrs, polluants et à des prix volatils », a-t-il déclaré, notant que les énergies renouvelables nous donnent un environnement plus propre, un avenir moins cher et plus sûr sur le plan énergétique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here