Innovation : le Maroc grimpe de 10 places dans l’indice mondial 2022

1088

Outil de mesure de la capacité et de la performance des pays en matière d’innovation, le Global Innovation Index (GII) 2022 est disponible et le classement du Royaume démontre ses avancées en terme d’innovation.

Après s’être classé 77ème en 2021, le Maroc s’est hissé à la 67ème place dans l’édition de cette année du Global Innovation Index (GII), progressant de 10 places.

Publié le 29 septembre par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l’indice a classé le pays d’Afrique du Nord au 6e rang parmi les 36 pays de la catégorie des économies à revenu intermédiaire inférieur et au 8e rang parmi les 19 pays de la région MENA.

Le Maroc a également obtenu de bons résultats dans la composante des actifs incorporels, se classant 23e. Il a été classé 9e en termes de dépôts de dessins et modèles par origine et PIB, et 33e en termes de dépôts de marques par origine et PIB. Le pays a également été classé 51e en termes d’origine et de PIB pour les demandes de brevet déposées en vertu du Traité de coopération en matière de brevets (PCT).

 S’exprimant lors d’un événement hybride de lancement de la 15e édition du GII, ce jeudi à Genève, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a rappelé l’approche du pays en matière de propriété intellectuelle (PI) et d’innovation. « La propriété industrielle est plus que jamais considérée comme un véritable levier de croissance et un incontournable du développement et de la relance économique », a-t-il déclaré.

Le ministre a en outre noté que « notre vision pour 2035, à travers l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC), est que la Propriété Industrielle et Commerciale doit être au service d’une économie nationale productive, innovante et inclusive ».

« Le ministère de l’Industrie et du Commerce vise, à travers l’OMPIC, à mettre à la disposition des jeunes créateurs et innovateurs et des PME, un ensemble d’outils et de programmes pour les accompagner à tirer profit de leurs créations à travers la protection et la valorisation de leur propriété industrielle ainsi que grâce au développement de leurs compétences et à la fourniture de services de veille et d’informations dans ce domaine », a-t-il conclu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here