L’Apebi et l’Anapec s’unissent pour faire face à la fuite des cerveaux dans le domaine IT

0
301

L’Apebi et l’Anapec signent une convention dans l’objectif d’apporter une solution à la fuite des cerveaux marocains. Ce projet comprend deux volets : le recrutement d’ingénieurs étrangers et la formation de près de 6000 informaticiens marocains.

Dans un contexte mondial où les progrès technologiques représentent des véritables leviers économiques, la recherche de talent dans le domaine de la Tech devient une démarche incontournable. Alors, par ricochet cela entraîne dans certains pays le phénomène de la «  fuite des cerveaux ». Au Maroc par exemple, les grands opérateurs IT estiment que trois entreprises étrangères viennent tous les 15 jours pour recruter une dizaine d’ingénieurs .Ainsi, sur un total de 8000 profils IT produit  par an ,6000  d’entre eux quittent le pays chaque année.

La problématique de la fuite des ingénieurs combinée  à la forte demande de profils IT au Maroc en pleine période de transformation digitale peut conduire à la baisse de la compétitivité des entreprises au niveau local et à la dégradation  de l’attractivité du Maroc en tant que destination d’investissement.

C’est dans ce contexte que  l’Anapec (Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences) et l’Apebi (Fédération marocaine des technologies de l’information de télécommunication et de l’offshoring) décident de collaborer afin de trouver des solutions. Deux volets sont mis en orbite : le recrutement d’ingénieurs étrangers et la formation de près de 6000 informaticiens marocains.

A cet effet l’Anapec a décidé d’accorder des mesures plus  flexible  au marché IT, suite à une demande formulée par l’Apebi, pour l’intégration des compétences étrangères, qui disposent d’un bac+5 en informatique.

En ce qui concerne le recrutement des compétences étrangères, un processus bien déterminé doit être suivi sur le site « Taechir.travail.gov.ma » pour l’obtention de l’attestation d’activité de l’Anapec et le visa du ministère du Travail.

Quant au second volet, il est question de former plus de compétences marocaines. Et cela s’illustre avec  le lancement du certificat de qualification professionnelle (CQP) de développeur en nouvelles technologies.  L’Anapec s’engage donc  à chercher et sélectionner les candidats, à financer des actions de formation et à suivre l’insertion professionnelle des bénéficiaires.

De son côté, l’Apebi sera en charge de la validation des   programmes des formateurs, tuteurs et stagiaires, de certifier les centres de formation et leurs formateurs et de délivrer le certificat de qualification professionnelle aux candidats.

Ine fine , il convient de rappeler que cette certification est dédiée aux diplômés  marocains Bac+3 des filières scientifiques.Il sera dispensé dans les villes de Casablanca, Rabat, Fès, Tanger et Agadir. Les inscriptions sont ouvertes sur le site de l’Anapec.

Ismaila Sy Sahade

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here