LE SECTEUR DE L’EMPLOI S’ANNONCE SOUS DE BONS AUSPICES

0
200

500.000 emplois sont pourvus d’ici 2020. Une excellente nouvelle qui vient clore ce 1er trimestre de 2019. Le bilan de l’emploi du PAI présenté par le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy en avril, est en effet prometteur.

A ce jour, 81% de l’objectif fixé pour 2020 a été atteint avec la création de plus de 400.000 emplois. Un chiffre corroboré par les résultats d’une étude réalisée conjointement par la CNSS, la DGI et l’Office des changes.

Une stratégie pour la création d’emplois, qui fait ses preuves, grâce notamment aux  49 écosystèmes, créés jusqu’ici dans les différentes filières industrielles, et qui portent en eux, dans les contrats de performances, cette vocation à faire de l’emploi un vecteur de réussite.

Selon cette étude, 405.496 nouvelles inscriptions ont été enregistrées à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), dont 49% des postes sont occupés par des femmes et 21% du total des emplois est créé par 10% des entreprises qui opèrent dans le cadre de ce plan.

Autre bonne nouvelle, le niveau des exportations industrielles du Royaume a augmenté, passant de 161 milliards de dirhams en 2013 à 240 milliards de dirhams en 2018, soit une hausse de 79 milliards de dirhams en cinq ans. Des résultats qui vont dans le sens du discours royal prononcé en 2018 à l’occasion du 65e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

Exprimant Sa « consternation» face au taux de chômage des jeunes qui reste élevé en dépit du niveau de croissance économique atteint globalement par le Maroc, le Souverain avait encore une fois pointé du doigt l’inadéquation entre la formation et l’emploi et un système éducatif qui «fonctionne comme une machine à fabriquer des légions de chômeurs», et ce malgré les multiples efforts déployés pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Sans oublier la fuite des compétences vers l’étranger à la recherche de meilleures conditions. A ce titre, le Roi avait appelé à «une réflexion sérieuse et responsable sur cette question, pour que soient créés un climat attractif et des conditions idéales qui inciteront ces compétences à s’installer et travailler au Maroc. Pour remédier à toutes ces problématiques, le Souverain avait tracé six orientations qu’Il a adressées au gouvernement et aux acteurs concernés. Un shéma qui devrait être dupliqué et qui pourrait servir de modèles  à d’autres secteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here