Marrakech : Plaidoyer pour une implication dans la concrétisation du Rapport de la CSMD

0
713
Sa Majesté le Roi préside la cérémonie de présentation du rapport général de la Commission Spéciale sur le modèle de Développement

Les participants a un webinaire organisé, samedi, autour du thème « Le Nouveau Modèle de Développement : Lectures croisées » ont plaidé en faveur de l’implication de tous en vue de la concrétisation des contenus et propositions du rapport de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD), afin d’atteindre le Maroc de demain, celui des compétences et de l’égalité des chances.

Lors de cette rencontre à distance initiée par la Clinique juridique des études et recherches relevant de la Faculté de Droit de Marrakech, les intervenants parmi d’éminents experts marocains, ont ajouté que ce rapport peut être considéré comme une vision prospective, soulignant l’importance d’accorder un intérêt capital à l’économie sociale et solidaire, surtout après qu’il a été constaté que l’économie non structurelle génère de grosses pertes aussi bien d’un point de vue financier qu’humain.

De même, ils ont mis en relief l’importance de renforcer l’économie du Royaume de manière à ce qu’elle soit forte et apte à atteindre les objectifs escomptés, louant, au passage, la place et l’intérêt accordés à la jeunesse dans le cadre du rapport de la CSMD, ce qui requiert un enseignement de qualité, à même de permettre à cette catégorie sociale de jouir d’une place de choix dans le capital humain.

Dans la même lignée, ils ont insisté sur la nécessité d’ériger l’université et l’école en espaces d’égalité des chances et d’équité entre l’ensemble des élèves et étudiants, sachant que ces principes d’égalité des chances et d’équité se trouvent contenus dans la Constitution.

Les conférenciers ont, en outre, préconisé de consacrer un axe stratégique pour mettre en avant l’importance de l’évaluation des mécanismes de protection des droits et de renforcement du rôle de la société civile, plaidant, par ailleurs, en faveur de la révision des lois régissant l’environnement de façon à permettre aux questions environnementales de jouir d’une importance capitale au sein de la société marocaine.

Intervenant à cette occasion, le président de l’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech, My El hassan Ahbid, a donné un aperçu sur nombre de visions et de conceptions destinées à former une idée autour de l’ensemble des efforts visant à gagner le pari des questions liées au développement au Maroc, notant que ce rapport compte nombre d’idées et d’attentes exprimées par les Marocains dans l’espoir de les voir s’ériger en lois, mesures et procédures, ce qui requiert, a-t-il dit, de l’Université de jouer pleinement son rôle et de s’acquitter au mieux de sa responsabilité de formation des générations et de renforcement du rôle des jeunes pour être en mesure de contribuer à la construction du Maroc de demain.

Après avoir rappelé que l’Université a besoin, plus que jamais, d’un saut qualitatif afin qu’elle soit en mesure de jouer pleinement son rôle dans ce Nouveau Modèle de Développement (NMD), M. Ahbid a émis le voeu de voir l’ensemble des Marocains s’inscrire dans ce chantier de concrétisation dans les faits, des idées et contenus de ce document, qui sert de référence pour atteindre le Maroc de l’audace, de la solidarité, de l’égalité des chances, et des compétences, insistant sur la nécessité de veiller, à l’égard de la Patrie, à oeuvrer en vue de consolider les valeurs de citoyenneté chez les jeunes, et ce, à travers la promotion de la culture d’appartenance au Royaume.

De son côté, le professeur universitaire et expert au sein du comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, M. Mahjoub El Haiba, a fait savoir que le Maroc a connu durant ces deux dernières décennies, un traitement de l’ensemble des grandes questions stratégiques ayant interpelé notre pays, selon une approche participative prônant le dialogue, notant que la lecture du rapport de la CSMD doit être diverse et croisée, et que cette lecture ne peut être bonne qu’on se référant aux documents et annexes considérés très importants, car contenant les conclusions des sessions d’écoute ayant formé le socle du travail préparatoire de ce document.

Il a, de même, insisté sur l’impératif de poursuivre le dialogue et l’échange avec l’ensemble des acteurs politiques et des élites et de veiller à atteindre un niveau de dialogue scientifique et académique de ce rapport.

L’expert en sociologie et professeur universitaire à l’Université d’Aix en Provence et membre de la CSMD, M. Mohamed Tozy a, quant à lui, mis l’accent sur la méthodologie de travail et l’approche adoptées par la CSMD, laquelle approche a été participative, réaliste, globale, prospective et caractérisée par l’audace, notant que cette approche adoptée par des experts marocains, a permis, à travers un diagnostic réel, de mettre le doigt sur des imperfections enregistrées à différents niveaux, ce qui a constitué la base pour la formulation de propositions et de recommandations.

Et de poursuivre que ce rapport porte en lui-même, une conception et un espoir soumis au débat en vue de la concrétisation d’une Charte nationale sur le développement, émettant le voeu de poursuivre ce dialogue à travers lequel, il serait possible d’acquérir les mécanismes, les idées et les principes fondamentaux pour avancer sur la voie de la réalisation de l’ensemble des objectifs escomptés.

Pour sa part, le Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Marrakech, M. Abdelkrim Taleb, a relevé que ce rapport a servi de diagnostic de la situation réelle de notre pays à tous les niveaux, et a permis d’adopter une approche participative et de concertation sans se limiter à une catégorie sans l’autre, notant que ce document a apporté nombre de recommandations et d’idées nouvelles touchant aux différents aspects de la vie et visant à tirer vers le haut le niveau de vie des Marocains, à renforcer l’économie nationale, à consolider le capital humain et l’ensemble des forces vives au sein de la société, celles appelées à contribuer au décollage du Maroc, afin de s’ériger une place de choix parmi les pays développés et distingués à l’échelle internationale.

Quant au doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à El Jadida, M. Hassan Qrounfel, dans son exposé sur « la place de la jeunesse et son rôle dans le processus de développement », il a indiqué que tous les axes traités dans le cadre de ce Modèle de Développement concernent les jeunes, et proposent nombre de solutions en vue de leur offrir les conditions d’une vie meilleure, citant en premier lieu le secteur de l’enseignement, avec un focus sur les acquis réalisés par le Maroc entre autres, l’augmentation du taux de scolarisation des enfants, et du nombre des élèves ayant atteint l’étape de l’enseignement collégial.

Par la même occasion, cet universitaire a mis l’accent sur nombre de contraintes et d’imperfections dont souffre le système éducatif et qui engendrent, de ce fait, une augmentation du taux du décrochage scolaire, estimant que l’université se doit d’être une source de rayonnement pour la région, ce qui aura une incidence positive en termes de drainage d’opérateurs économiques pour investir, sachant que la recherche scientifique est l’un des piliers à même d’encourager les investisseurs à venir nombreux s’installer dans la région.

De son côté, le professeur d’économie politique et de gouvernance à l’Université Mohammed V à Rabat et président- fondateur du Centre International des Etudes Stratégiques et de la Gouvernance Globale, M. Mohamed Harakat, a indiqué que ce rapport réalisé par des experts et cadres marocains jette les bases d’une nouvelle culture et d’une vision de concertation prospective, soulignant que l’expérience marocaine est devenue source d’inspiration pour nombre de pays, notamment arabes, en vue de projeter un avenir meilleur.

Après avoir rappelé que le monde vit actuellement au rythme des répercussions de la pandémie de la Covid-19, il a fait savoir que le rapport de la CSMD qui coïncide avec ce débat mondial, offre une feuille de route prospective.

Dans ce sillage, il a émis le voeu de voir ce rapport servir de « base scientifique » pour les étudiants et chercheurs, notant que ce document peut être perçu comme une formation en géostratégie et en géo-économie et leur servir de référence scientifique.

Quant au modérateur du webinaire et professeur des sciences politiques à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, M. Mohamed Ben Talha Doukkali, il a fait savoir que ce rapport sert de document référentiel ayant établi un diagnostic de la situation actuelle de développement au Maroc, avec une vision prospective visant à définir et à tracer les contours d’un Nouveau Modèle de Développement à même de permettre au Maroc de projeter l’avenir, avec plus de confiance et de sérénité.

Dans le même sillage, il a qualifié le Nouveau Modèle de Développement de vision qui repose sur l’impératif de trouver des solutions à nombre de problématiques systémiques et se propose d’accélérer la transition du Maroc vers un modèle de développement qui consacre la complémentarité entre un Etat fort, et une société forte, le tout dans un pays disposant d’une vision stratégique claire.

Lors de ce webinaire, les participants ont débattu de la méthodologie de travail adoptée par la CSMD dans l’élaboration de son rapport, les conclusions et recommandations émises au sujet du diagnostic de la situation, les propositions de sortie de crise et la construction d’un nouveau modèle de développement.

L’accent a été mis, de même, sur les rôles que doivent jouer les institutions politiques, les établissements publics et les organisations de la société civile pour ériger les recommandations et conclusions de ce rapport en politiques publiques et plans d’action à mettre en oeuvre sur les plans national et local.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here