Mohamed Boubouh le président de l’Amith tacle ses détracteurs qui demandent sa démission

0
552

Une guéguerre a commencé entre le président de l’AMITH et les textiliens de la région du Nord qui  ont exigé sa démission, apprend-on dans un communiqué reçu. 

Ils sont 262 textilens à avoir signé une pétition exigeant la démission du président de l’AMITH, Mohamed Boubouh.  Ils lui reprochent à d’avoir délibérément manœuvré pour tirer profit personnellement de la situation de crise du secteur, notamment en ce qui concerne la mauvaise gestion du processus de fabrication des masques de protection.  « Cette action qui était initiée au départ en tant qu’action à objectif caritatif et solidaire, s’est transformée pour devenir un pur processus commercial, et a été considéré par un nombre d’industriels comme étant un comportement incluant beaucoup de confusion et de soupçons », peut-on lire dans le communiqué rédigé par les plaignants.

Contacté par Industrie du Maroc Magazine, le président accuse ses détracteurs d’un coup monté. Il explique : « Il ya effectivement quelques membres de l’AMITH Zone nord qui m’accusent de plusieurs sujets. J’ai donc tenté de les convoquer à Tanger et à Casablanca de manière officielle pour en discuter, mais ils n’ont pas répondu présents. Alors, j’ai convoqué le Conseil d’Administration de l’Association et j’ai donné toutes les explications pour chaque point avec des preuves pour chacune de leurs accusations. J’ai eu, à cet égard, l’appui unanime de tous les membres du Conseil. »

Le président poursuit et met en cause la crédibilité de ses détracteurs : « Tout d’abord, l’Association ne compte que 224 membres alors qu’ils disent avoir récolté 262 signatures. Il s’agit essentiellement de personnes ayant demandé à des secrétaires de cacheter des papiers blancs sans leur expliquer de quoi il s’agissait. Ensuite, j’ai répondu à toutes leurs accusations en apportant des preuves, alors qu’ils n’en avaient pas une seule».

Pour l’un des points qui lui sont reprochés, et qui concerne les masques de protection, le président se défend : «  Pour ce qui est de l’exportation des masques de protection, il s’agissait d’une décision du ministre de l’Industrie qui refusait d’exporter les masques marocains tant que notre pays n’avait pas atteint l’autosuffisance en la matière. Je n’ai fait que suivre ses instructions. »

Malgré tout, le président se dit serein et confiant pour l’avenir du secteur : « Cette vague de contestation ne va pas m’empêcher pour autant de poursuivre l’exécution de la feuille de route tracée par l’AMITH. Notre stratégie est claire et l’objectif est d’arriver à des résultats pour mon secteur. C’est pour cela que j’ai été élu et que j’ai eu la confiance absolue de toutes les régions du Maroc dont la majorité écrasante de la région de Tanger. » Et d’ajouter : « Après le covid, le secteur a redémarré et nous commençons à avoir de nombreuses commandes, surtout au Maroc. Nous en sommes même agréablement surpris, mais malheureusement nous ne pouvons pas travailler avec la même capacité puisqu’il faut absolument suivre les mesures sanitaires pour le bien de nos employés.  De plus, les perspectives d’avenir du secteur sont très bonnes parce quel’Europe a compris qu’il fallait re-localiser la production et non pas la délocaliser. Ils ont également compris que travailler dans le bassin méditerranéen est une assurance pour eux. » Il poursuit : « Je pense que les mindsets vont changer et l’avenir du secteur sera prometteur avec pas mal d’opportunités à saisir d’ici la fin de l’année. Et les marques vont changer leur stratégie de réapprovisionnement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here