Nouveau projet de loi finances : le Maroc alloue plus de 16 MMDH pour le gaz et les produits alimentaires

    0
    743

    Le nouveau budget de subventions du Maroc est en augmentation de 28 % par rapport à l’année dernière, selon le ministère des Finances.

    Le prochain projet de loi de finances 2022 allouera plus de 16,2 milliards de dirham, soit 1,7 MM USD, pour subventionner les prix du gaz butane et produits alimentaires.

    Les principaux produits alimentaires subventionnés sont le sucre et la farine de blé tendre, selon le ministère de l’Économie et des Finances. Le gouvernement s’attend à ce que les produits subventionnés coûtent près de 14,078 MMDH de fonds publics au cours des neuf premiers mois de mise en œuvre. « Compte tenu de la charge de subvention alimentaire attendue, la charge globale de compensation s’élèverait à près de 14,078 milliards de dirhams entre janvier et septembre », indique le ministère.

    Selon le ministère, le gouvernement devrait dépenser en moyenne 9,932 MMDH au cours de cette même période, pour subventionner la consommation de gaz butane dans le pays. Les responsables ont relayé qu’environ 2,03 millions de tonnes de gaz seraient consommées d’ici septembre. La consommation de sucre dans le pays devrait atteindre 915 000 tonnes, atteindre 2,61 MMDH entre janvier et septembre contre 2,46 MMDH une année auparavant, soit une progression de 6%, d’après le rapport. Pour le blé, le ministère prévoit des coûts de subventions, qui atteindront à 1,46 MMDH. L’importation de produits à base de blé tendre devrait coûter au gouvernement 428 millions de dirhams en subventions entre février et mai seulement.

    L’augmentation des fonds dédiés aux subventions alimentaires s’inscrit dans un contexte mondial d’élévation des coûts des produits de base. En raison de plusieurs facteurs, notamment la pandémie, le changement climatique et la pression sur les chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales, le coût des ressources comme les céréales, l’huile végétale, le charbon et le gaz a atteint un sommet en 10 ans, suscitant des inquiétudes quant à la sécurité alimentaire et énergétique dans plusieurs régions du monde.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here