Automobile : complémentarités entre le Maroc et le Portugal

3178

Le Maroc et le Portugal sont deux pays voisins, mais dont les relations économiques et commerciales n’ont pas été jusqu’à dernièrement à la hauteur du potentiel des deux pays. Ces derniers mois cette tendance est en train de s’inverser. Réunis autour du micro d’un confrère, un représentant de l’AMICA et l’IFMIA, d’un côté, et de l’Agence de l’investissement et du commerce du Portugal, nous révèlent les nouvelles synergies, notamment dans l’industrie automobile.

 

Le Maroc et le Portugal ont ceci de commun, entre autres similitudes, pendant la dernière décennie, le secteur automobile a été le premier poste exportateur. Mieux ces deux pays ont décidé de donner un coup de fouet à leurs échanges. Joana Neves, Conseillère à l’Ambassade du Portugal à Rabat et de l’Agence de l’investissement et du commerce du Portugal, a justement noté qu’au cours de la période allant de janvier à août 2021, le Maroc a figuré parmi les 10 premiers clients de son pays. Elle a révélé que plus de 180 entreprises portugaises sont installées au Maroc et s’exercent dans des activités diverses, telles que la métallurgie, l’automobile, la pharmacie, ou encore le textile. Mme Neves a loué des relations anciennes et cordiales que son pays va œuvrer à approfondir.

Rachid Machou, Vice-président de l’Amica (Association marocaine pour l’industrie et le commerce automobile) et président de l’Institut de formation aux métiers de l’automobile (IFMIA), est revenu sur la crise des semi-conducteurs, annonçant que les experts prédisent une sortie de crise au premier semestre 2022. Il croit que nous en sommes proches. Quant aux réalisations du secteur automobile Made in Maroc, le constat a été un écart de 13% comparativement aux prévisions sur les ventes automobiles et des composants.

https://bit.ly/3fxURwp

Une complémentarité structurelle

La Conseillère de l’Ambassade du Portugal, de son côté a loué la qualité de la formation au Maroc et évoqué ce mouvement de plaques tectoniques dans le domaine des chaines de valeurs globales. Elle a souligné que les entreprises portugaises présentes au Maroc pourraient profiter de l’ALE signé entre le Maroc et les Etats Unis, mais aussi d’autres débouchés. Aussi, ces entreprises portugaises sont présentes pour partager leur know-how dans leurs secteurs respectifs. Quant à la R&D, le Portugal qui en dispose l’un des plus pointus, notamment dans la mobilité électrique, serait prêt à accompagner la formation, a-t-elle ajouté.

Le président d’Ifmia n’a pas manqué de se féliciter de la formation et de la compétitivité de l’offre Maroc. Il trouve qu’il y a une complémentarité structurelle entre les deux pays. Si le Maroc est bon en matière de produits, le Portugal est bien positionné en termes de Process, d’outils et de machineries. Il en veut pour preuves, le fait que pour des révisions profondes de moules, les opérateurs marocains les envoient au Portugal. Fort heureusement, des instituts de formation, tels qu’IFMIA ou le CFMA, entendent progresser dans l’ingénierie, les études et les mesures pour atténuer les écarts avec les techniciens formés en Europe. C’est d’autant plus judicieux que le secteur de l’automobile évolue très vite. Le secteur s’oriente vers l’automobile connectée et décarbonée, a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here