Coopération- Pedro Sanchez, reçu au palais royal de Rabat

1127

Pedro Sanchez, Président du Gouvernement Espagnol, qui effectue, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, une visite au Maroc dans le cadre d’une nouvelle étape de partenariat entre les Royaumes du Maroc et d’Espagne, a été reçu, mercredi 7 avril 2022, au palais royal de Rabat.

Dans le prolongement de l’entretien téléphonique, intervenu le 31 mars entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président du Gouvernement Espagnol, Pedro Sanchez, l’audience, que lui accorde le roi du Maroc, mercredi 7 avril à Rabat, vient en concrétisation de la lettre adressée le 14 mars par ce dernier. Dans ce courrier, le Gouvernement espagnol s’engageait à inaugurer une nouvelle phase dans les relations entre les deux Royaumes, basée sur la transparence et le respect mutuel. C’est du moins ce qui ressort d’un communiqué du Cabinet Royal, rendu public.

Cette nouvelle dynamique se veut un écho à l’appel de Sa Majesté le Roi lors du Discours du 20 août 2021 à inaugurer une étape inédite dans les relations entre les deux pays, y apprend-on. A noter que cette audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, M. Ricardo Diez-Hochleitner, côté espagnol, tandis que du côté marocain, il y avait aussi le Conseiller de SM le Roi, M. Fouad Ali El Himma, le Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita, et l’ambassadeur de SM le Roi à Madrid, Mme Karima Benyaich.

Des positions claires et sans équivoque

Au cours de cette audience, le Cabinet royal a révélé que Pedro Sanchez, a tenu à réaffirmer la position de l’Espagne sur le dossier du Sahara, considérant l’initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend.

Aussi, les deux parties ont réitéré la volonté d’ouvrir une nouvelle étape dans leurs relations, fondée sur le respect mutuel, la confiance réciproque, la concertation permanente et la coopération franche et loyale.

À cet égard, il a été notamment convenu la mise en œuvre d’actions concrètes, dans le cadre d’une feuille de route, couvrant l’ensemble des domaines du partenariat, intégrant toutes les questions d’intérêt commun, précise-t-on.

En outre, au menu des entretiens, le passage en revue les différents volets d’intérêt commun dans leurs composantes politique, économique, sécuritaire et culturelle, ainsi que les questions régionales et internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here