“Le Maroc est un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique”, Mohamed H’Midouche, vice-président de l’ASMEX

0
726
Mohamed H'Midouche ASMEX

SUD-SUD – Le Maroc, grâce à la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique, a affirmé, le 20 novembre 2019 à Vienne, le vice-président de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), Mohamed H’Midouche.

Intervenant lors de la journée de l’industrialisation en Afrique, initiée par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), H’Midouche a souligné que le Maroc, grâce aux orientations et à l’engagement de SM le Roi en faveur du développement de l’Afrique, constitue le premier investisseur en Afrique de l’Ouest et le deuxième investisseur africain sur le continent à travers une multitude de projets structurants.

Il a rappelé dans ce sens les nombreuses visites effectuées par le Souverain dans plusieurs pays africains et la signature de près d’un millier d’accords qui ont permis la mise en œuvre de ces choix et de promouvoir le développement en Afrique, à travers le soutien et le développement de l’industrialisation ou d’autres domaines.

Cette vision est également reflétée à travers la présence forte et les investissements importants des institutions et des entreprises marocaines dans les pays de la CEDEAO et en Afrique centrale, a-t-il souligné.

Il a, en outre, rappelé que l’Office chérifien des phosphates (OCP) est l’une des entreprises nationales qui renforcent la présence marocaine en Afrique, à travers notamment la mise en place de vastes projets dans le domaine de la transformation des engrais locaux au Nigeria et en Ethiopie, dotés chacun d’un budget atteignant 500 millions de dollars.

Le vice-président de l’ASMEX a, par ailleurs, estimé que le développement de l’industrialisation en Afrique requiert le renforcement des financements et des investissements, l’appui aux jeunes sociétés et aux entreprises féminines, l’augmentation des salaires et la lutte contre la fuite des cerveaux, soulignant la nécessité de créer des banques pour le développement du secteur industriel. Il a également relevé que l’Afrique offre pour tous les acteurs économiques d’importantes opportunités d’investissement dans le secteur industriel, malgré les défis auxquels certains pays du continent sont toujours confrontés, telles les menaces terroristes et l’insécurité.

Il a rappelé, dans ce sens, le rôle joué par la Banque africaine de développement (BAD) dans l’appui et le financement de projets, notamment l’enveloppe de 35 milliards de dollars qu’elle compte investir pour le financement de l’industrialisation en Afrique durant la prochaine décennie.

La journée de l’industrialisation en Afrique a été l’occasion de faire la lumière sur les opportunités et les perspectives de développement du secteur industriel en Afrique, et de souligner la nécessité de rechercher de nouveaux marchés pour les produits industriels et de créer un équilibre à travers le développement du secteur dans toutes les régions du continent.

Les intervenants de cet événement, qui a connu la participation de nombreux responsables africains, experts et acteurs économiques, ont également relevé l’importance de la zone de libre-échange africaine dans le renforcement des économies des pays du continent, l’accélération de la cadence des échanges inter-africains et le soutien des projets de développement durable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here