Ferroviaire : l’ONCF vise un écosystème industriel avec 60-80% de taux d’intégration

747
L’ONCF : réception de la 1ère locomotive nouvelle génération

Créer un écosystème industriel ferroviaire autour d’une unité de production de rames avec un taux d’intégration local avoisinant les 60 à 80%, c’est l’un des objectifs de l’Office national des chemins de fer (ONCF).

À cet effet, l’ONCF a lancé un appel à manifestation d’intérêt à destination des constructeurs de matériel roulant ferroviaire, afin de créer une unité de production de rames automotrices, autour de laquelle un écosystème ferroviaire devra s’articuler.

Le projet comporte un programme pluriannuel d’achat de rames automotrices, entre 10 à 20 rames par an sur la période 2025-2030. Ce programme d’achat englobe une tranche ferme, estimée entre 50 à 80 rames, et une ou plusieurs tranches conditionnelles dont le volume devrait varier entre 50 et 100 rames. Le partenariat comporte également un contrat de longue durée relatif à leur maintenance. Le partenaire sélectionné devra assurer la maintenance courante et industrielle des rames, pour toute leur durée de vie et a minima pour une période de vingt ans.

Le projet ambitionne de créer autour de cette unité industrielle un écosystème ferroviaire de fournisseurs et sous-traitants, en coopération avec les pouvoirs publics. Une feuille de route dénommée “Ambition 2025-2035” prévoit que cette unité industrielle devienne exportatrice à l’horizon 2035. Cette ambition pour l’export devra passer par la sous-traitance (en premier rang) pour d’autres sites du constructeur sélectionné, pour des sous-ensembles à définir, avec la possibilité de recourir à une sous-traitance locale (en second rang). L’unité industrielle devra être capable de fournir des rames aux marchés africain et européen.

Ces rames devraient avoir une vitesse maximale de 200 km/heure et seront aménagées pour des utilisations inter-villes ou RER. Le taux d’intégration sera progressif, conformément à un programme d’achat qui prévoit que les 15 premières rames livrées, produites hors du Maroc avec un taux d’intégration local de 5% à 10% ; les 15 rames suivantes, produites au Maroc dans le cadre de l’unité industrielle objet du projet, avec un taux d’intégration de 30% à 40%  et les volumes restants, produits au Maroc dans le cadre de l’écosystème industriel, avec un taux d’intégration industriel de 60% à 80%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here