Fès-Meknès en passe de s’imposer en tant que nouvelle plateforme automobile

0
969
Automobile

COMPÉTITIVITÉ – Les opportunités d’investissement dans le secteur de l’automobile dans la région de Fès-Meknès ont été présentées,le 18 juin 2019, lors d’une rencontre-débat initiée par le Centre régional d’investissement (CRI) sous le thème : “Le rôle de la région Fès-Meknès dans la promotion de l’emploi et de la formation : cas du secteur automobile”. 

Les participants à cette rencontre axée sur “le rôle de la région Fès-Meknès dans la promotion de l’emploi et de la formation : cas du secteur automobile’’, ont souligné que la région est “en passe de s’imposer en tant que nouvelle plateforme automobile’’, au vu de ses nombreux avantages, notamment sa position, ses mesures incitatives et ses ressources humaines qualifiées et diversifiées.

Un secteur émergent de la région

“Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre d’une série de réunions sectorielles organisées par le CRI, est consacrée à l’automobile, un secteur émergent au niveau de la région”, a souligné le directeur du CRI de Fès-Meknès, Rachid Aouine, ajoutant que plusieurs multinationales ont choisi, ces dernières années, de s’installer dans la région.

Plus de 10.000 emplois ont été créés, au cours de ces trois dernières années, par ces sociétés dans la région, a tenu à rappeler Aouine, qui a mis l’accent sur l’important effort déployé au niveau régional pour le développement de la formation dans la région, qui compte plusieurs universités et instituts spécialisés.

Plusieurs zones industrielles en devenir

Il s’agit d’une ‘’offre complète’’ que la région propose aux potentiels investisseurs touchant les différents aspects, notamment foncier, a-t-il dit, citant la création en cours de plusieurs zones industrielles, dont celle d’Ain Cheggag, la zone locative de Fès-Sais et la zone de Meknès, qui devraient renforcer l’infrastructure déjà existante.

Le responsable régional est revenu également sur les aspects de l’appui fourni par l’Etat aux sociétés désirant s’installer dans la région, à travers le Fonds de développement industriel et des investissements (FDII), le Fonds Hassan II, la création d’une prime à l’emploi, outre une offre douanière adaptée et des mécanisme d’appui de l’ANAPEC.
De son côté, Hakim Rihane, membre du conseil d’administration de l’Association marocaine pour l’industrie et la construction de l’automobile (AMICA), a souligné que le secteur automobile s’est développé ces dernières années au Maroc à la faveur de la politique mise en place par le Royaume, ajoutant que l’AMICA compte quelque 220 sites de production industrielle dans les différentes régions. S’attardant sur les missions de l’AMICA, Rihane a indiqué que l’association focalise notamment ses efforts sur le développement de la formation de manière à favoriser davantage la création d’emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here