Doing Business Maroc-Nigéria : un important potentiel économique dormant

2026

« Doing Business with Nigeria » est l’intitulé du premier webinaire d’ouverture de l’édition « Road-Show WEBINAIRES EXPORT : DOING BUSINESS 2023 » organisé par l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), le mardi 17 janvier 2023. Cette rencontre virtuelle fait suite au développement des échanges commerciaux et relations bilatérales entre les deux pays. Cette conférence a été présidée par Mme. Saloua Karkri présidente de la Commission Afrique de l’ASMEX et animée par M. Brahim Allali, expert en stratégie d’internalisation des entreprises.

Dans son mot d’ouverture, adressé à plus de 135 entreprises présentes lors de cette rencontre virtuelle, Mme Saloua Karkri, a relevé que : « Le Nigéria constitue l’un des plus grands marchés économiques d’Afrique avec lequel le Maroc s’est engagé sur plusieurs chantiers importants, notamment le grand projet de « GAZODUC ». L’objectif primordial est de saisir les opportunités d’investissement existantes et en tirer le meilleur, notamment grâce à la Zone de libre-échange africaine (ZLECAF) qui a pour but de renforcer les échanges entre les pays du continent en général, et les échanges entre le Maroc et le Nigéria en particulier ». À noter que sur 3 milliards de dollars levés pour les startups africaines, la plus grande part revient aux startups nigériennes, d’où l’intérêt de dynamiser les échanges commerciaux entre Rabat et Abuja.

Dans ce sens, M. Brahim Allali a fait état des grands projets communs entre les deux pays : « La visite du Roi Mohammed VI au Nigéria en 2016 et la visite de son Excellence Muhammadu Buhari au Maroc en 2018 ont marqué un moment historique dans l’histoire des relations entre les deux pays. Parmi les grands projets reliant les deux nations, nous citerons le mégaprojet de gazoduc (5600km), acté sept ans auparavant lors de la visite royale, et qui aura par ailleurs un grand impact sur les relations bilatérales entre les deux pays, grâce à la zone de libre-échange (Zlecaf) qui facilitera la libre circulation des biens et services, et renforcera les échanges d’expertises. M. Allali a souligné que le marché Nigérian regorge d’importants secteurs à forts potentiels d’exportation, non exploités, comme celui de l’industrie mécanique et métallurgique (IMM), de l’Électronique/Électrique, de la Chimie-Parachimie en plus du marché Agroalimentaire et pêche qui présente d’innombrables opportunités pour les investisseurs et exportateurs marocains.

À noter que les principaux partenaires commerciaux de Nigeria durant l’année de 2022 sont : l’Union Européenne; l’Inde ; le Canada ; les Etats-Unis ; et l’Indonésie avec des échanges commerciaux principalement concentrés sur l’exportation et composés de 89% des combustibles minéraux ; 3 % navigations maritimes ou fluviales, 2 % engrais ; 1,30% cacao et ses préparations ; 4 % autres produits.

Les échanges commerciaux entre le Maroc et le Nigéria restent néanmoins insuffisants et ne reflètent pas du tout l’impact des deux pays sur le continent, mais le potentiel de développement est considérable et les deux parties sont déterminées à les développer dans les années à venir. À noter que les importations et exportations entre les deux pays ont connu une augmentation sur la période de 2019-2022 : le Maroc est passé 38ème fournisseur du Nigéria en 2022 contre une position de 43ème en 2019 tandis que le Nigéria est passé de 65ème à 56ème fournisseur du Maroc.

Les atouts du Nigéria comme terre d’investissement commencent par sa forte croissance démographique estimée à plus de 225 millions d’habitants en 2022 avec un taux de croissance démographique qui s’élève à 2,53% (le pays le pays peuplé de l’Afrique). Ce pays est aussi la 1ère puissance en Afrique en termes de PIB (440,8 milliards de dollars en 2021), avec une importante ressource en hydrocarbures. 1er producteur africain et 5eme producteur mondial de pétrole. 11ème réserve mondiale prouvée de pétrole. 9ème réserves prouvées de GAZ. 5ème producteur mondial de Cacao, avec large potentiel minier (Reserve d’or, baryte, étain, zinc, minerai de fer, charbon, calcaire, niobium, plomb et autres….Un développement rapide de la technologie financière et de l’industrie cinématographique (Nollywood) et un potentiel de croissance élevé.

Par ailleurs, pour les secteurs les plus porteurs, M. Allali a cité particulièrement l’agriculture et l’agro-alimentation avec la production des cultures mécanisées telles que le riz, le maïs, la canne à sucre… Il a cité également le pétrole (production, mais surtout le raffinage et produits dérivés), BTP, génie civil, construction, menuiserie, décoration d’intérieur et maintenance, la communication et e-commerce (la téléphonie mobile, produits et matériels informatiques, e-distribution…) et enfin l’énergie à travers la production et la diffusion d’électricité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here