Entrepreneuriat : 2 Marocaines sur le toit de la zone MENA (Forbes)

936

Dans la MENA, de plus en plus, de femmes créent leurs entreprises et s’imposent en qualité de leaders sur le marché, comme le révèle la dernière enquête du confrère américain « Forbes », sur les listes des « 30 femmes derrière les marques du Moyen-Orient » et des « 20 femmes derrière les marques technologiques ».

Quelque 50 marques dont 20 technologiques font bouger la MENA. Sur les deux listes « 30 femmes derrière les marques du Moyen-Orient » et des « 20 femmes derrière les marques technologiques » apparaissent deux Marocaines qui hissent haut l’étendard marocain. Il s’agit de Sophia Alj, cofondatrice et directrice des opérations de la startup Chari et Abbaye Mouna, créatrice de la marque de beauté IZIL.

Sophia Alj, leader du e-commerce

Alj a cofondé la boutique en ligne Chari.co avec son mari Ismael Belkhayat. L’application connecte les détaillants d’Afrique francophone aux entreprises FMCG. La plate-forme était évaluée à 100 millions de dollars après sa dernière extension de cycle de démarrage. En 2022, Chari.co a acquis Axa Credit, la branche crédit d’Axa Assurance, pour 22 millions de dollars. L’entreprise vise à financer 200 000 propriétaires de magasins à travers le Maroc, qui peuvent ensuite prêter à leurs consommateurs sur la base d’une analyse du risque de crédit.

Abbaye Mouna, une pro de la cosmétique

Abbassy a créé sa ligne de soins entièrement naturels il y a 10 ans, alimentée par les anciennes recettes marocaines. Aujourd’hui, la marque propose des produits pour la peau, les cheveux et le corps. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont les plus grands marchés de la marque en dehors du CCG, enregistrant une croissance de 40 % et 50 % des ventes de commerce électronique en 2021, respectivement. En 2021, IZIL a ouvert de nouveaux bureaux à Dubaï et lancé un Hammam et Spa marocain dans le Dubai Mall.

Pour ce classement, Forbes a pris en compte divers critères, dont le nombre de pays de présence de la marque, nombre de followers sur les réseaux sociaux, la couverture médiatique, les années d’expérience, ainsi que le montant des financements externes reçus et les revenus.

Retrouvez demain les Marocaines qui se sont taillées une place dans la liste des 50 femmes d’affaires les plus puissantes de la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here