Fintech : le Maroc s’impose

1572

Le paysage de la fintech au Maroc semble en pleine évolution selon le dernier rapport de Fintech Times sur le Moyen-Orient et l’Afrique. Le Royaume fait mieux que la plupart des pays du continent.

Le Maroc commence à innover et à devenir un centre de technologie financière en phase de démarrage. Il détient déjà 2 des plus grandes banques du continent africain et compte actuellement que 20 entreprises Fintech.

« Malgré sa taille géographique petite, le pays compte deux des plus grandes banques d’Afrique, le Groupe Banque Populaire (BP) et Attijariwafa Bank », indique la publication spécialisée. Le magazine se montre surpris qu’avec aussi peu d’entreprises dans le genre, ce marché puisse faire d’importants bénéfices.

En outre, la législation marocaine n’interdit ni n’entrave la création de sociétés de technologie financière, car il n’existe pas de réglementation spécifique à l’heure actuelle. Selon le magazine, le Maroc dispose de gros avantages, notamment grâce à sa faible démographie, ses niveaux d’alphabétisation élevés, et un important secteur bancaire qui peut être consacré au développement de ce secteur technologique.

Par ailleurs, le Royaume connait un niveau élevé de développement, ce qui lui permettra d’atteindre ses objectifs, et lui donnera la chance d’être l’une des plus importantes économies développant ce type de marché.

Pour ce marché encore naissant, Fintech Magazine, mentionne la BP qui s’est avérée être un exemple à suivre avec, le lancement en 2018 de la première édition du programme Fintech Challenge et Open Innovation. Le projet a cherché a montré les opportunités dans ce secteur à niveau continental, notamment pour les startups africaines par le biais de partenariats et de financements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here