Forum de Davos : « l’Afrique a la capacité de nourrir le monde » Mostapha Terrab

2256

En marge du forum économique de Davos (du 16 au 22 janvier), le président directeur général de l’OCP, Mostapha Terrab a réagi par rapport au potentiel de l’Afrique qui est capable de nourrir et résoudre les problèmes de sécurité alimentaire dans le monde.

Avec 60% des terres arables restantes dans le monde, le patron de l’OCP est convaincu que l’Afrique peut devenir la ferme du monde et d’éradiquer la menace croissante de l’insécurité alimentaire. Le volume substantiel de sols fertiles « représente le meilleur espoir de l’humanité pour la sécurité alimentaire future ».

Cependant, un certain nombre d’obstacles empêchent l’Afrique d’atteindre son plein potentiel. Selon le PDG de l’OCP, les agriculteurs africains n’utilisent que 20 kilogrammes d’engrais par hectare, ce qui est nettement inférieur à la moyenne mondiale.

« Nous estimons que les agriculteurs locaux devront augmenter leur application d’engrais d’environ dix fois pour maximiser les rendements », a-t-il déclaré. « Faire cela de manière durable, sans dommage environnemental à plus long terme, sera crucial. Pas seulement pour le continent, mais pour le monde entier ».

Monsieur Terrab a également exhorté toutes les parties prenantes à prendre des « mesures correctives » pour atténuer le choc des prix sur le marché des denrées alimentaires et protéger la population mondiale de la menace imminente de la diminution des ressources alimentaires. « Toute solution à long terme à la sécurité alimentaire mondiale et à l’agriculture durable commence par le sol. La santé des sols ne consiste pas seulement à préserver la vie sous nos pieds. Cela rend possible toute vie au-dessus du sol, des plantes aux personnes », a ajouté le premier responsable de l’OCP, soulignant la nécessité de soutenir les agriculteurs.

Miser sur des engrais personnalisés

Par ailleurs, il a souligné l’importance de mettre l’accent sur la santé des sols et l’utilisation d’engrais personnalisés pour assurer « des rendements élevés durables », arguant que cette stratégie est essentielle pour réduire l’empreinte carbone de l’agriculture. « Un sol plus sain et une biodiversité accrue aspirent activement le carbone nocif de l’atmosphère, tandis que la maximisation des rendements par acre réduit la pression mondiale pour convertir les forêts et les prairies en agriculture », a-t-il ajouté.

Terrab a poursuivi en disant que les engrais sur mesure qui répondent aux besoins variés des différents sols sont « tout à fait possibles » en Afrique. Les agriculteurs des continents récoltent déjà les avantages de la technologie avancée des engrais, a-t-il déclaré. « Des laboratoires mobiles traversent déjà l’Afrique pour collecter des échantillons de sol  couvrant des millions d’hectares ». Avec ces données, les agriculteurs peuvent cartographier quelles parcelles de terre nécessitent quel type de nourriture et quand. Une application plus efficace du bon engrais, uniquement ce dont le sol et la culture spécifiques ont besoin et utiliseront. Réduire les déchets et le ruissellement dans les eaux souterraines et de surface.

En plus de réduire les coûts de production tout en augmentant les rendements, les engrais sur mesure ont un impact socio-économique important en augmentant les revenus des agriculteurs et en sortant potentiellement des familles entières de la pauvreté. Terrab a conclu son article de blog en soulignant l’importance d’accélérer la révolution agricole grâce à un effort collaboratif. « Il reste beaucoup de travail à faire », a-t-il souligné. « Mais avoir un objectif n’est pas seulement noble. C’est nécessaire. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here