Inclusion : Akhannouch fait mieux, mais…

1608

Si le précédent gouvernement a été décrié pour son manque de parité (quatre femmes, sur un total de 24 membres), eh bien, le nouveau gouvernement fait mieux en manière d’inclusion du genre.

Les membres du gouvernement Akhannouch sont connus depuis ce soir du 7 octobre 2021. Ils sont au nombre de 25 ministres, dont sept (7) sept femmes, qui font partie de cette liste à majorité masculine. Les femmes du gouvernement représentent environ 19% de l’équipe gouvernementale. Même si ce nombre n’est pas assez représentatif, c’est tout de même une volonté politique de matérialiser la représentativité féminine au sein du gouvernement.

Ryad Mezzour, un industriel chevronné au ministère de l’Industrie et du Commerce

Il s’agit de Nadia Fettah Alaoui, qui passe au ministère de l’Economie et des Finances, après avoir fait ses preuves au Tourisme. Nabila Rmili est le nouveau ministre de la Santé et de la Protection sociale et devient ainsi la première femme à occuper ce portefeuille ministériel. Fatima Ezzahra El Mansouri, nouveau maire de Marrakech est en charge du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville. Fatim-Zahra Ammor récupère le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, tandis que Leila Benali fera ses preuves au ministère de la Transition énergétique et du Développement durable. Aouatif Hayar a pour mission de mener à bien le ministère de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille. Et enfin Ghita Mezzour, est ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Transition numérique et de la Réforme administrative.

Le Gouvernement Akhannouch connu

L’égalité de genre et la participation de la femme dans la société sont aujourd’hui des marqueurs importants du développement. Leur renforcement constitue d’ailleurs l’un des enjeux majeurs du Maroc moderne. Bien vrai que le Chef de gouvernement Akhannouch fait mieux que ses prédécesseurs en matière d’inclusion du genre, il ne devrait pas en rester là, car le Nouveau Modèle de développement (NMD) vise à élargir substantiellement la participation des femmes dans les sphères économiques, politiques et sociales, avec une parité de 45% d’ici 2030.

Hervée Mona

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here