L’INRA développe de nouvelles variétés céréalières

0
274

L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) vient de développer de nouvelles variétés particulièrement céréalières pour une meilleure durabilité et productivité de la filière.

Développé au domaine expérimental de Marchouch à Rommani, les 20 nouvelles variétés de céréales, légumineuses alimentaires et oléagineux ont été inscrites au catalogue officiel depuis 2017.

Installée sur une superficie de 58 ha, la plateforme de Marchouch est l’une des plus grandes stations expérimentales de l’INRA en matière de développement des nouvelles variétés et de production de semences parentales destinées à la multiplication.

Il s’agit du développement de nouvelles variétés performantes de céréales, légumineuses alimentaires, oléagineux et fourrages, de la multiplication des semences ainsi que de la démonstration aux agriculteurs et différents partenaires, afin d’augmenter le taux de leur utilisation et appropriation par les agriculteurs, les producteurs et les sociétés semencières.

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a visité vendredi le domaine expérimental de l’INRA, où ont été développées ces nouvelles variétés dans le cadre de la stratégie « Génération Green 2020-2030 », ainsi que le centre régional de la SONACOS.

Dans une déclaration à la presse, M. Akhannouch a souligné que ce domaine expérimental illustre les efforts considérables déployés par l’’INRA concrétisés par le développement de ces nouvelles variétés qui contribueront à l’augmentation du rendement à hauteur de 50% dans les années à venir.

Le ministre qui était accompagné d’une délégation comprenant notamment le gouverneur de la province de Khémisset, Mansour Kartah, et le président de la Chambre d’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra, Driss Radi, a rappelé la production prévisible des céréales qui frôlera 98 millions quintaux cette année.

« C’est la meilleure saison depuis 5 ans et depuis le lancement du plan Maroc vert », s’est félicité M. Akhannouch dans une déclaration à M24, en marge de cette visite, attribuant cette production attendue aux précipitations régulières et aussi au travail sérieux des agriculteurs ainsi que la politique de la recherche et des semences.

« Des résultats très satisfaisants », a souligné le ministre notant que les dernières précipitations vont booster la croissance et améliorer le PIB agricole, ce qui permettra de rattraper et d’absorber la baisse enregistrée ces deux dernières années, surtout en période de sécheresse.

De son côte, le président du Conseil d’administration de la Société nationale de commercialisation de semences (SONACOS), Aziz Abdelali, a fait savoir dans une déclaration similaire que le nouveau centre de Marchouch, érigé sur une superficie totale de 4 Ha a été inauguré en 2020 avec un budget de 40 MDH et d’une capacité de stockage couvert de 90.000 de quintaux.

Ce centre permettra à cette région connue par la production des semences, de consolider son rôle en la matière en tant que pourvoyeuse de semences , a-t-il fait observer, ajoutant que la société table cette année sur l’augmentation de la capacité de stockage et la réduction de l’importation des semences de l’étranger.

Pour sa part, le directeur de l’INRA, Faouzi Bekkaoui, a noté que l’institut s’est fixé trois objectifs à savoir la multiplication des semences, le développement des nouvelles variétés et la démonstration de ces nouvelles variétés.

« L’INRA a développé cette année un catalogue de 20 nouvelles variétés qui vont être commercialisée aux fermiers », a-t-il affirmé, ajoutant que ces nouvelles variétés sont caractérisées par des qualités de rendement supérieur aux variétés qui existent actuellement.

Selon M. Bekkaoui, 70% des fermiers utilisent aujourd’hui des variétés qui sont anciennes et qui n’ont pas un rendement élevé, alors que les nouvelles variétés peuvent avoir un rendement 50% de plus que les variétés actuelles. Ces rendements vont améliorer la profitabilité des agriculteurs et aussi l’économie du Maroc, a-t-il indiqué.

L’INRA est l’un des principaux pourvoyeurs de semences de pré-base de la SONACOS, qui assure leur distribution aux agriculteurs.

Le programme national de multiplication des semences porte sur une superficie de 50.809 ha, avec une production prévisionnelle de 1,6 millions de quintaux, devant renouveler les stocks de semences et réduire le recours aux importations, lit-on dans un communiqué de presse.

Plusieurs outils digitaux ont été développés pour notamment, la localisation des champs de multiplication des semences, le suivi de la commercialisation des semences au niveau des 400 points de vente, le e-paiement ainsi que la traçabilité.

Le développement variétal constitue un facteur clé pour l’amélioration et la pérennisation de la production, à travers l’amélioration de la productivité et de la qualité et des résistances aux stress biotiques et abiotiques.

La recherche agronomique et le développement variétal ont constitué un des leviers importants ayant accompagné le Plan Maroc Vert. Les efforts de recherche menés par l’INRA vont se poursuivre dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole ″Génération Green 2020-2030″.

Le programme de recherche 2020-2030 a pour objectif de développer entre 30 et 50 nouvelles variétés, toutes filières confondues, avec une augmentation du rendement d’au moins 50%. Ces objectifs visent à renforcer la compétitivité des filières, l’adaptation au changement climatique et la gestion durable des ressources naturelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here