Un modèle de réussite au féminin

0
3948

Un modèle de réussite au féminin

Zakiya SEKKAT Président Directeur Général du Groupe Oxyplast:

Entrepreneure ardue et femme de terrain, Zakiya Sekkat est derrière l’un des grands groupes d’entreprises opérant dans le secteur chimique, qui doit sa réussite sur le marché marocain et ailleurs, grâce à une gestion menée par une main de fer. Parcours d’une dame qui a pu percer dans son secteur.
1980, baccalauréat en sciences expérimentales en poche, Zakiya Sekkat décide de suivre des études en chimie, un domaine où elle décroche un diplôme d’ingénieur en 1985.
Des études complémentaires lui permettent par ailleurs de se spécialiser en chimie macromoléculaire et d’obtenir un autre diplôme, en ingéniorat commercial cette fois, en 1989.
De retour au pays, et à 23 ans seulement, Zakiya Sekkat décide de se lancer dans le monde de l’entreprenariat et crée ainsi sa première société.
« Compte tenu de ma formation et de mon sens d’autonomie, il me semblait normal de créer ma propre entreprise, alors que le choix du secteur était plutôt lié à ma spécialité », affirme Mme Sekkat.
En effet, c’est dans un secteur de pointe qu’elle choisit de se lancer pour son activité industrielle : les peintures industrielles en poudre.
Une technologie à l’époque utilisée et adoptée seulement par quelques entreprises marocaines innovantes, mais dont la production était encore inexistante sur la région du Maghreb.
Commence alors le combat d’une jeune investisseuse marocaine, en matière d’acquisition du terrain industriel, d’accès au financement, de construction d’une usine adaptée et respectant des normes précises, sans oublier l’acquisition du matériel et la formation nécessaire du personnel, assurée en interne et à l’étranger.
Après deux années de travail acharné, Oxyplast Maroc voit le jour en 1990 à Tanger. Entrepreneure prenant à cœur l’innovation et misant sur la recherche & développement, Zakiya Sekkat décide de consacrer toute une période à la création et au développement du marché.
« L’effort de recherche et développement dans lequel l’entreprise s’est investie depuis 1997 lui a permis de rester à la pointe de la technologie et au standard international, en intégrant des spécialités dans le domaine du verre, du bois artificiel et d’autres produits à caractères fonctionnels ou encore antibactériens », commente Mme Sekkat.
Plusieurs années plus tard, en 2013, l’entreprise change de dénomination et devient PoudrOX Industries. Or, la vision est lointaine, et Mme Sekkat ne compte pas s’arrêter là.
En effet, en dehors de Tanger, une nouvelle société, Oxyplast Surface Spécialités, s’implante à Mohammedia, en 2004, et démarre son activité dans la fabrication des poudres à mouler.
L’ambition pousse Zakiya Sekkat vers la conquête de nouveaux marchés hors Maroc, notamment en Algérie où elle crée une structure commerciale. Puis, en 2006, c’est à Doha, au Qatar, que la femme d’affaires décide d’implanter sa société Qatar Powder Coating, qui se spécialise dans la fabrication des peintures Industrielles en poudre.
Pourtant, le monde des affaires n’est pas facile, et les difficultés parsemant le chemin de la réussite se sont avérées de taille.
« Les difficultés rencontrées en matière d’infrastructures, de financement et par la suite de logistique étaient des difficultés générales et normales pour tout entrepreneur marocain », raconte-t-elle.
Or, selon elle, « la principale difficulté pour notre activité était liée au marché qu’il fallait presque créer.
Une fois ce marché créé et structuré par d’énormes efforts et contributions, l’ouverture du marché marocain en l’absence d’un contrôle et d’une bonne gestion des accords signés par le pays constitue pour nous et pour bon nombre d’industries marocaines une concurrence déloyale par des produits provenant de pays où l’industrie est souvent subventionnée, principalement en matière d’énergie et de transport. »
Pour Zakiya Sekkat, le marché, y compris intérieur, reste un problème récurent de l’entreprise marocaine, notamment en termes d’accès.
Un défi toutefois relevé puisqu’aujourd’hui, la PDG de PoudrOx peut se réjouir de la capacité de production de son groupe d’entreprises : 7.500 tonnes, dont un taux de 40% destiné à l’exportation, et un chiffre d’affaires de près de 280 millions de Dirhams gagné en 2014.

Derrière cette réussite, une devise principale :

l’organisation, la flexibilité, la qualité, l’innovation et les compétences internes.
Des projets en vue ? « Continuer la croissance sur le marché intérieur, accompagner l’industrialisation au Maghreb, chose que nous faisons déjà, et dans le reste des pays africains, dans le cadre de la politique économique du Maroc », indique Zakiya Sekkat.
Et de conclure :
« il est clair que la politique d’ouverture du Maroc n’est pas forcément mauvaise, mais toutes les études et les indicateurs montrent que la conduite de cette politique d’ouverture mérite d’être revue, ajustée et améliorée, car l’ouverture ne peut être synonyme de production de pauvreté et de chômage. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here