Doing Business 2019 : Le Maroc se positionne 2e dans la région MENA et 3e en Afrique

0
414

Le Maroc est classé 3e en Afrique derrière les Iles Maurice (20) et le Rwanda (29), et se positionne au 60e rang à l’échelle mondiale dans le classement de Doing Business 2019 de la Banque mondiale, rendu public mercredi à Washington.

Dans la région Mena, le Maroc s’est classé deuxième dans ce rapport derrière les Emirats Arabes Unis (11e à l’échelle mondiale) et devant le Bahreïn (62e), indique un communiqué du Département du Chef de gouvernement. En Afrique, le Royaume arrive au troisième rang derrière les Iles Maurice (20) et le Rwanda (29).

Ces performances sont le résultat des réformes et mesures prises par les pouvoirs publics au profit du secteur privé et de l’entreprise, et qui s’inscrivent dans le cadre du «Comité national de l’environnement des affaires», explique la même source.

Dans la catégorie «création d’entreprise», le Maroc a progressé d’une place par rapport à l’année précédente en passant du 35èe au 34e rang, et de 42 places par rapport à l’édition du rapport de 2010.

Par rapport aux 7 pays africains retenus pour la comparaison, le Maroc reste le seul qui a pu améliorer son classement en matière de création d’entreprises par rapport à son classement neuf ans auparavant, mais reste devancé par l’Ile Maurice (21e).

De façon générale, les 53 pays africains classés dans le Doing business 2019 ont réussi à améliorer leur climat des affaires. Toutefois, les efforts sont loin d’être suffisants, puisqu’encore aujourd’hui, on retrouve la plupart des pays africains dans le bas du tableau. Sur les 10 pays les plus réformateurs dans le monde, figurent cinq pays africains, notamment Djibouti, le Togo, le Kenya, la Côte d’Ivoire et le Rwanda.

par rapport aux 7 pays de la région MENA, le Maroc améliore significativement son classement sur cet indicateur (+42 places), suivi d’Oman (+25 places) et des Emirats Arabes Unis (+10 places).

En effet, la création d’une entreprise au Maroc s’est fortement améliorée ces dernières années et ne nécessite actuellement que 9 jours en moyenne (12 en 2009) pour accomplir 4 procédures (6 en 2009), pour un coût d’environ 3,7% du capital par habitant (4 fois moins chère qu’en 2009), et sans obligation pour lui d’apporter un capital au préalable, selon le rapport, considéré comme le document de référence sur l’environnement des affaires dans le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here