Après l’émergence et l’accélération industrielle, voici venu le temps de l’essor

0
6614

EDITO – Depuis Son intronisation, Sa Majesté le Roi Mohammed VI n’a cessé d’avoir à cœur de conduire le Royaume et ses citoyens vers la voie de la modernisation, du progrès et de la réduction des inégalités. Et pour parvenir à  emprunter la voie du développement, le Souverain a fait de l’industrie son cheval de bataille.

Portés par Son leadership et Sa vision clairvoyante, pas moins de quatre programmes quinquennaux  se sont succédé, tout en se complétant. Depuis le Plan de développent économique et social, qui devait relancer l’industrie, aux plans Émergence I puis II, qui ont ciblé et fait émerger le Métiers Mondiaux du Maroc, jusqu’au plan qui allait amorcer l’accélération  de l’industrie : le PAI.

Ce plan sectoriel qu’on ne présente plus, tellement il défraie la chronique pas ses performances à l’export, ses inaugurations successives d’usines,  les lancements de ses écosystèmes et sa capacité  à générer de l’emploi,   aura propulsé la compétitivité du Maroc et boosté ses IDE,  érigeant l’industrie en locomotive de l’économie nationale.

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, en 2020, le Plan d’Accélération arrive à échéance, en ayant déjà réalisé, voire dépassé, nombre de ses objectifs.

L’ambition engagée par le Souverain depuis 20 ans d’une industrie marocaine moderne, compétitive, pourvoyeuse d’emploi et au rayonnement international, est devenue une réalité palpable.

Mais Sa Majesté le Roi, qui a mis le Maroc sur les rails à grande vitesse du développement, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.  A l’occasion du Discours de la Fête du Trône, le Souverain a bien noté  «un bon qualitatif» en matière d’infrastructures et de réformes institutionnelles, mais  estime que  ce n’est pas suffisant, dans la mesure où ces réalisations «n’ont malheureusement pas encore eu des répercussions suffisantes sur l’ensemble de la société marocaine». Le Souverain a donc annoncé la mise en place de la commission spéciale chargée du nouveau modèle de développement du Royaume, notant que «la rénovation du modèle de développement national est le préalable à l’émergence d’une étape nouvelle dont les maîtres mots sont “Responsabilité” et “Essor”». Le défi de solutions audacieuses et ingénieuses pour la mise en place du nouveau modèle de développement du Maroc est donc lancé pour la rentrée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here